Skip to main content

PARIS : À la croisée des eaux, les échos de demain au Bic…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : À la croisée des eaux, les échos de demain au Bicolore à la Maison du Danemark

Découvrez nos images de l’exposition par Jeannette Ehlers : À la croisée des eaux, les échos de demain au Bicolore à la Maison du Danemark.

La notion d’identité est-elle devenue aussi universelle qu’individuelle ?

La question du « Qui suis-je ? » se conjugue t-elle désormais au « Qui puis-je être ? » . Une voix singulière se dresse pour nous répondre, celle de Jeannette Ehlers. À la croisée de ses racines trinidadiennes et danoises, l’artiste nous invite à un périple introspectif et métissé, au cœur du Bicolore, plateforme de l’art contemporain de la Maison du Danemark. Son travail interroge les thèmes du genre, de la race et du pouvoir, nous offrant une expérience artistique à la fois affective et intime. Photographie, vidéo, installation, performance, ses œuvres s’articulent telles les pièces d’un puzzle, s’imbriquant au cœur des espaces architecturaux du plateau du Bicolore, dans une quête d’identité guidée par la mémoire, la résilience, et ce soubresaut rebelle du questionnement. Un autel religieusement chorégraphié, composé de seize smartphones diffusant une valse frénétique de scènes d’insurrection ; un hommage magistral à Pearl Primus dont Jeannette Ehlers interprète une scène poignante mêlant les « cheveux »de l’histoire aux attaches aliénantes du colonialisme ; une incarnation troublante de l’icône brésilienne Escrava Anastacia, esclave affranchie dont l’artiste troque le masque de fer punitif pour un visage combustible en charbon, prenant ainsi la mémoire à contrepied, dans un enfermement volatile ; L’artiste déploie ici tout le potentiel décolonial pour nous rappeler que l’histoire n’est pas passée, comme une invitation à écouter les échos de demain qui résonnent déjà en nous.

SOURCE : Arts in the City.