Skip to main content

NIMES : Une installation en bois monumentale dans les Jar…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
10 Mar 2024

Partager :

NIMES : Une installation en bois monumentale dans les Jardins de la Fontaine

La Contemporaine de Nîmes est une nouvelle triennale de création contemporaine portée par la Ville de Nîmes.

Tous les trois ans à compter de 2024, un extrait de l’art d’aujourd’hui est présenté à travers la ville, autour d’une grande thématique. Espace public, monuments, sites patrimoniaux, musées, lieux culturels et du quotidien sont ainsi investis par des artistes reconnus et émergents de la scène française et internationale, de toutes disciplines et de toutes générations. Chaque édition de la Contemporaine est une invitation à découvrir et parcourir la création actuelle et Nîmes autrement, dans le cadre d’une programmation à la fois exigeante, généreuse et accessible.

FEDA WARDAK & TADASHI KAWAMATA

WATER LINES

Avec la participation de jeunes des Compagnons du Devoir de Nîmes

Une installation en bois monumentale prend place dans les Jardins de la Fontaine. Elle est le fruit de l’association de deux artistes et architectes de générations différentes. Leurs structures respectives – un aqueduc pour Feda Wardak, une gouttière aérienne pour Tadashi Kawamata – dessinent deux lignes aquatiques dans le paysage, en sortant l’eau de la fontaine de son lit habituel et en lui faisant vivre une aventure. L’eau semble surgir d’ailleurs, dans une évocation à Nemausus, la source sacrée qui a donné son nom à Nîmes et autour de laquelle la ville a été fondée. Si les deux interventions artistiques sont distinctes, elles se rejoignent : c’est Feda Wardak, le plus jeune, qui passe l’eau à son aîné. L’ensemble rend hommage aux savoir-faire ancestraux liés au transport de l’eau, et à certains principes de construction moins employés de nos jours, comme l’illustre notamment la présence d’un cintre conçu par des jeunes des Compagnons du Devoir de Nîmes au niveau de l’aqueduc. Son utilisation peut rappeler un chef d’œuvre architectural situé à proximité, pour lequel des cintres ont dû être réalisés : le pont du Gard, partie monumentale d’un aqueduc romain construit au 1ᵉʳ siècle. En révélant les dessous de l’eau, les deux artistes nous permettent d’en comprendre les rouages, tout en ouvrant des pistes de réflexion sur la gestion et la transmission de cette ressource essentielle, ainsi que sur les techniques et ouvrages nécessaires à sa préservation.