Skip to main content

NICE : Jean-Luc ROMERO-MICHEL en dédicace pour Le Serment…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
24 Avr 2024

Partager :

NICE : Jean-Luc ROMERO-MICHEL en dédicace pour Le Serment de Berne et pour défendre le droit de choisir sa fin de vie

Pour une fin de vie digne et choisie.

Le 15 juin 2021 à Berne, en Suisse, Jean-Luc Romero-Michel accompagnait pour son ultime voyage Alain Cocq qui, l’année précédente, avait demandé au président Macron, dans une ultime supplique, le droit de mourir dans la sérénité, la dignité et l’amour de ses proches, tant ses souffrances étaient devenues intolérables.

En quittant Berne, Jean-Luc Romero-Michel s’est promis de tout faire que personne ne soit plus jamais contraint de fuir son pays, tel un paria, pour mettre fin à ses jours. Son « serment de Berne ».

C’est pour honorer sa parole qu’il livre ce texte engagé sur la fin de vie. Un débat devenu public, depuis qu’en avril 2023 une Convention citoyenne s’est prononcée à 75 % pour l’autorisation de l’euthanasie et du suicide assisté. Et que le gouvernement s’apprêt à présenter à l’automne son projet de loi.

Livrant nombre d’histoires poignantes dont il a été le spectateur ou l’acteur, Jean-Luc Romero-Michel dessine les contours de la loi « d’ultime liberté » qui élèverait notre pays au nombre de ceux qui respectent les choix et les droits élémentaires de leurs concitoyens.

« Ce livre est un cri. Si notre vie nous appartient, il doit absolument en être de même pour notre mort. » Line Renaud.

Né en 1959, Jean-Luc Romero-Michel, activiste de longue date contre le sida pour et les droits des personnes LGBTQI+, est président d’honneur et administrateur de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). Adjoint à la maire de Paris en charge des droits humains et de l’intégration, il est notamment l’auteur de Monsieur le président, laissez-nous mourir dans la dignité ! (éd. Gawsewitch, 2013) et Ma mort m’appartient (Michalon, 2015). Line Renaud est membre du Comité d’honneur de l’(ADMD, tout comme Olivier Falorni, député de Charente-Maritime et président du président du groupe d’études sur la fin de vie.

240 pages – 21 €