Skip to main content

NICE : Festival du livre 2024, un moment de partage avec …

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

NICE : Festival du livre 2024, un moment de partage avec les écrivains

Ce jeudi 16 mai 2024 à la Villa Masséna, Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, son adjoint Jean-Luc Gagliolo, et le jury du 28e Prix Nice Baie des Anges ont couronné Camille de Peretti pour son roman L’Inconnue du Portrait en présence de Boualem Sansal, Président du Festival du Livre 2024.

Le jury, présidé par Franz-Olivier Giesbert, réunissait Paule Constant (de l’académie Goncourt), Irène Frain, Aurélie de Gubernatis, Didier van Cauwelaert, Laurent Seksik, Jean-Luc Gagliolo, Nicolas Galup ainsi qu’un jury populaire de dix lecteurs, amoureux des livres et des mots.

Le Prix Nice Baie des Anges sera remis au lauréat par Christian Estrosi lors de l’inauguration du 28e Festival du Livre de Nice (du 31 mai au 2 juin). Sous la présidence exceptionnelle de l’écrivain Boualem Sansal, plus de 200 auteurs se retrouveront à Nice autour du thème « Le courage » : Didier van Cauwelaert, David Foenkinos, Rémi Baille, Jean-Baptiste Andea, Philippe Besson, Eric Fottorino, Jean-Claude Ellena, Emmanuel Khérard…

TOUS CES GENS DONT ON PARLE

En 1968, l’artiste américain Andy Warhol laissait encore certains perplexes en exposant au Moderna Museet de Stockholm des empilements de boîtes de savon Brillo, à la manière des pyramides de produits en promotion dans les supermarchés. Mais c’est à cette occasion qu’il prononça pour la première fois la phrase tant de fois répétée : « À l’avenir, chacun aura droit à quinze minutes de célébrité Mondiale ». Célèbres ? Comme chaque année, le Festival du Livre de Nice vous permet de rencontrer ces acteurs, ces chanteurs, ces journalistes que vous connaissez par les journaux, la radio, la TV, les réseaux sociaux. Offrez-vous donc le quart d’heure de conversation avec eux. C’est sûr, ils vous attendent.

Tiphaine Auzière est avocate. Et belle-fille du président Macron. Son premier roman Assises (Stock) est une fiction judiciaire qui nous emmène, dans le quotidien de Diane, une avocate, en charge d’affaires dramatiques et douloureuses (une fillette violée, une femme victime de harcèlement ou une autre accusée d’homicide volontaire sur son mari qui la battait). Pour rester sur le versant des peines, l’animatrice, journaliste et romancière Valérie Benaïm signe une enquête étonnante sur les femmes éprises de tueurs en série. Des murders groupies qu’on appelle scientifiquement des hybristophiles. (Il n’est pas celui que vous croyez. Fayard). Jacques Pradel homme de radio et de télévision, longtemps animateur de « L’heure du crime » sur RTL, publie (en collaboration avec le général François Daoust, directeur du Centre de recherche de l’École des officiers de la gendarmerie nationale) Police technique et scientifique. Le choc du futur (Éditions du Rocher). On y découvre comment se mène une enquête aujourd’hui et quels nouveaux outils aident à la recherche de la vérité. La journaliste et chroniqueuse Nathalie Saint-Cricq, à partir d’une histoire vraie, lève le voile sur une curieuse affaire des années 1960.

Alors que les corps de quinze héros de la France combattante font leur entrée solennelle dans la crypte du mont Valérien, la rumeur court que l’un des cercueils est vide. C’est qu’il y plane L’ombre d’un traître (L’Observatoire)… Côté confidences, Ève Ruggieri, au grand talent de conteuse, (on se souvient de « Musiques au cœur ») se raconte à son tour et évoque les rencontres qui ont jalonné ses années (Au cas où je mourrais. Flammarion). Hippolyte Girardot se plonge dans le roman vrai de sa jeunesse à la recherche d’un film et d’illusions perdus (Un film disparaît. Seuil). Avec Rire (L’Observatoire) le journaliste et écrivain, Ancien directeur de Charlie Hebdo et de France Inter, Philippe Val développe une véritable éthique de l’humour. Cela seul, dit-il, peut nous sauver du pire. Quant à l’humoriste Alex Vizorek, dans L’histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée (Michel Lafon), il nous entraîne (c’est pour tous les âges) dans une bien branquignole aventure. Ah, la célébrité… « Pour se faire un nom, il faut être connu », écrivait Jules Renard dans son Journal.