Skip to main content

MONACO : Week-end 4 du Printemps des Arts de Monte-Carlo …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
2 Avr 2024

Partager :

MONACO : Week-end 4 du Printemps des Arts de Monte-Carlo du 4 au 7 avril

Le 4e et dernier « week-end » du Printemps des Arts de Monte-Carlo commence ce jeudi 4 avril et finit en apothéose cette semaine avec des interprètes exceptionnels.

Au programme de cette semaine :

 La révélation Karol Mossakowski ! les critiques  le désignent comme le Chopin de l’orgue français. A seulement 32 ans il a été nommé en 2023 organiste titulaire du grand orgue A. Cavaillé-Coll de Saint-Sulpice à Paristribune mythique. L’organiste concertiste apprécié pour ses talents d’interprète et aussi d’improvisateur, livrera  le 4 avril en l’Eglise du Sacré-Coeur un récital ouvert sur la lumière du monde avec Brahms, Vierne, Messian, Alain.
Vous voulez le connaitre davantage ? rendez vous avec Karol Mossakowski au Before de 18H à l’Eglise du Sacré-Coeur et à l’After de 21H30 café de la Rotonde de l’opéra

– Récital de la pianiste Varduhi Yeritsyan entièrement consacré à Robert SCHUMANN le compositeur romantique qui a écrit les plus belles pages de piano du 19e siècle !  L’artiste arménienne formée à l’école schumannienne  (Brigitte Engerer surtout) en a acquis la  technique, la sensibilité et la fougue qu’exige l’écriture grandiose et tourmentée du compositeur, incarnation même du musicien romantique, dont elle va  jouer des oeuvres de jeunesse et de maturité. (5 avril)

– Le chef d’oeuvre de Gustav Mahler « Le Chant de la Terre » avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo dans sa  version originale avec deux solistes dont la venue est un événement :
la canadienne Marie-Nicole Lemieux, l’une  des plus grandes contralto acclamée sur toutes les  scènes du monde, et le ténor Pene Pati, qui compte parmi les ténors les plus brillants de sa génération,  sous la direction de Kazuki Yamada. (6 avril).
Marie-Nicole Lemieux parle du Chant de la terre comme d’une expérience mystique : « Mahler, c’est la vie, l’humanité, l’amour »

– La créatrice de parfums Clémence Besse a créé une interprétation olfactive du Chant de la Terre. « Ce parfum est pensé comme l’union des dimensions tellurique et céleste : l’énergie brute, sensuelle, de la Terre féconde et vivante, et l’immatérialité, les mouvements invisibles de la musique, des chants qui s’élèvent et qui élèvent. »

– Il fêtera son 40e anniversaire dans un concert aux bougies le 6 avril au Musée Océanographique : le quatuor français PARISII, multi récompensé, est dans la cour des grands depuis longtemps. La curiosité insatiable de ses 4 musiciens les a emmenés dans un répertoire impressionnant, et surtout une qualité d’interprétation rarement égalée. Ils ont contribué à révéler nombre de compositeurs contemporains. A Monaco, ils joueront Haydn et Mozart, deux des pères fondateurs du quatuor à cordes.

– Le 7 avril deux pièces majeures du répertoire Renaissance par l’Ensemble Clément Janequin & les Sacqueboutier, fer de lance dans ce registre,  qui conclura symboliquement ce dernier opus du cycle intitulé « Ma fin est mon commencement ». Avec notamment le sombre et magnifique Requiem de Pierre de La Rue qui boucle la boucle entamée avec le Requiem d’Ockeghem lors du concert d’ouverture.

– Quand l’Art et la Musique se rencontrent … on en redemande ! Le  premier concert-promenade au NMNM (Villa Paloma) au milieu de l’exposition « Pier Paolo Calzolari – Casa ideale »  a du refuser du monde. Tentez votre chance pour cette seconde proposition le 7 avril pour découvrir comment trois compositeurs d’aujourd’hui s’inspirent de l’Arte povera et font dialoguer la clarinette, l’accordéon et le violoncelle avec les œuvres de Pier Paolo Calzolari.

– Quand deux monstres sacrés se rencontrent pour un final éblouissant ! La plus française des divas italiennes, la mezzo-soprano Cécilia Bartoli, et l’irrésistible acteur et réalisateur John Malkovich seront en duo sur scène accompagnés par l’ensemble les Musiciens du Prince : ce sera la première représentation d’un programme les réunissant autour d’un épisode fameux de l’histoire de l’opéra, la rivalité entre les castrats Farinelli et Caffarelli. Entre narration théâtrale et fête opératique, ce spectacle est mis en scène par Michael Sturminger et dirigé par Gianluca Capuano. Une coproduction Opera de Monte-Carlo et Printemps des arts de Monte-Carlo.

Direction artistique, Bruno Mantovani

La newsletter du festival pour rester informé : https://www.printempsdesarts.mc/inscription-newsletter