Skip to main content

MARSEILLE : Pose de la 1ère pierre des nouveaux locaux du…

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
19 Avr 2024

Partager :

MARSEILLE : Pose de la 1ère pierre des nouveaux locaux du SAMU par Renaud MUSELIER

Ce vendredi 19 avril, Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France participait à la pose de la 1ère pierre des nouveaux locaux du SAMU.

Aux côtés de Catherine VAUTRIN, Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, Sabrina AGRESTI-ROUBACHE, Secrétaire d’Etat chargée de la Citoyenneté et de la Ville, Denis ROBIN, Directeur général de l’Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d’Azur, François CRÉMIEUX, Directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et Jean-Luc JOUVE, Président de la Commission Médicale d’Établissement des Hôpitaux Universitaires de Marseille.

Ensemble, ils ont assisté à la présentation par le Dr Fouzia HEIRECHE, praticien hospitalier, du projet de construction du bâtiment, de l’organisation projetée (centre de régulation des appels SAMU, Service d’Accès aux Soins et Centre Antipoison), l’exemplarité du projet sur la transition écologique (niveau « OR » du label Bâtiment durable méditerranéen) ainsi que l’équipe du SAMU. Ils ont, parallèlement à cela, procédé symboliquement à la pose de la 1ère pierre du SAMU Zonal. Les autorités ont ensuite pu visiter et échanger avec le personnel du nouveau centre d’essais précoces de cancérologie de Marseille (CLIP²).

Lors de son allocution, le Président de Région a rappelé qu’un SAMU zonal était un réel espoir pour la régulation de notre système de santé local.

C’est pour cette raison que la Région Sud participe à hauteur de 31 millions d’€ sur les deux projets phares de l’APHMle nouveau SAMU et le projet de modernisation.

Discours de Renaud MUSELIER,
Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur,
Président délégué de Régions de France
Pose de la 1ère pierre des nouveaux locaux du SAMU
et inauguration du Centre Labellisé INCA de Phases Précoces en Cancérologie
Vendredi 19avril 2024

Aujourd’hui est un grand jour ! Nous nous apprêtons à poser la 1ère pierre du Samu zonal.
Mais cette première pierre, je l’ai posé en réalité il y a plus de six ans.
En janvier 2018, avec la présidente du département, Martine VASSAL, et le maire de la Ville, Jean-Claude GAUDIN, nous avions interpellé l’Etat sur la nécessité d’un plan de modernisation pour l’Assistance publique des Hôpitaux de Marseille.
Un mois plus tard, dans le bureau de la ministre BUZYN, on signait un partenariat historique, et je crois inédit en France, entre trois collectivités et Etat.
Devant une dizaine de parlementaires, toutes les parties, collectivités, APHM, Etat, ont pris des engagements, qui ont été scellés dans le bureau de la ministre.
25millions d’€ d’engagement pour chaque collectivité, une mobilisation collective dont seule Marseille a le secret !
Le moment était grave et l’avenir du CHU était en péril : 1 milliard d’€ de dettes et 550 millions d’€ de déficits. La contrepartie de cet engagement exceptionnel des collectivités était pour l’hôpital d’assainir les comptes. Une dette cumulée d’1 Milliard d’€, et 850 millions d’€ de déficit… A chacun ses engagements.
Aujourd’hui on pose donc cette première pierre, et je m’en réjouis. Mais que s’est-il passé depuis 6 ans ? Côté Etat, le Ségur a remplacé le Copermo, et ce sont 479 millions d’€ qui ont été injectés dans l’APHM par l’Etat depuis plus de 2 ans.
Et moi j’ai pris un autre engagement en 2019. Parce que je suis marseillais, médecin, et que ce Samu, je l’ai pratiqué lors de mes premières années d’études et de carrières. 40 ans après, je voyais que c’était toujours le même, mais en pire ! Alors je me suis engagé, en octobre 2019, et j’ai attribué 6 millions d’€ de plus pour la construction de ce Samu zonal, votés en 2020. Au total : 31millions d’€ de soutien de la Région à l’APHM. Ce n’est pas rien, on n’était obligés de rien !
Aucune autre ville n’a été autant aidée pour son hôpital que Marseille, ni par l’Etat, ni par une Région.

UN SAMU ZONAL, CENTRAL POUR LA REGION, ESPOIR POUR LA REGULATION DE NOTRE SYSTEME DE SANTE LOCAL

Au-delà de mon histoire personnelle, ce Samu zonal a une importance fondamentale : par sa taille, 4 500m2 prévus, et par la place centrale qu’il aura dans la qualité de notre système de santé territorial, dans notre réactivité et notre coordination.
Il aura un rôle régional pour les interventions en hélicoptère, et un rôle de coordination zonal de la Région Occitanie jusqu’à la Corse, pour ce qui concerne les événements sanitaires exceptionnels, les attentats ou les catastrophes. La Région est en lice pour accueillir les JO 2030, ce projet prendra tout son sens dans notre candidature.
Alors, côté Etat, presque un demi-milliard d’€ a été injecté. Côté Région, ce sont 31 millions d’€. Je ne parle même pas ici des autres collectivités.
C’est comme avec le Ségur de la santé !

On a passé un partenariat avec l’Etat pour un grand plan de modernisation des hôpitaux de la Région :

• 553 millions d’€ du ministère de la santé et l’ARS, et 79 millions d’€ pour la Région. 8 opérations d’investissement ont déjà été votée pour un montant total de 51,5 millions d’€.
• 25millions d’€ pour l’APHM et pour ce Samu 6 millions d’€, Centre hospitalier d’Arles 2,5 millions d’€, celui d’Aix-en-Provence 1 millions d’€, de Fréjus-Saint Raphaël (3 millions d’€), de Carpentras 2,5 millions d’€, l’Hôpital Louis Lumière Riez 1,5 millions d’€, et le CHU de Nice (5 millions d’€).

On lutte ensemble aussi avec l’ARS contre les déserts médicaux et encourager l’exercice coordonné :

115 maisons de santé labellisées avec plus de 18 millions d’€ de soutien financer de la Région, un objectif partagé de doublement du nombre de création annuel jusqu’en 2027 : dépasser les 150 maisons régionales de santé, aides à l’installation de médecins ; bourses de stage aux internes inscrits en médecine générale,
Pour parer au plus urgent, on a aussi formé plus : Au total en 4 ans, effort conjoint massif : + 26,7 millions d’€ de budget côté Région, + 39 millions d’€ au titre du Ségur pour l’Etat, et 12 millions d’€ de France Travail grâce à notre convention de partenariat.
140 millions d’€ de budget cette année, une augmentation de 17% des effectifs en formation en sanitaire et sociale depuis 4 ans, pour atteindre les 18 500 étudiants formés par an.

ON TRAVAILLE AVEC L’ETAT, ET TOUTES LES BONNES VOLONTES LOCALES POUR FAIRE GRANDIR LE TERRITOIRE

Avec France 2030, on a gagné ici un Biocluster marseillais. C’est 100 millions d’€ de l’Etat, François CREMIEUX, on était à côté face au jury pour le défendre. Il faut dire merci pour ce soutien et cette confiance que nous accorde l’Etat.
Mais c’est bien parce qu’on a des talents locaux qu’on l’a gagné ! On l’a ce savoir-faire ! On prend toutes les aides qu’on veut bien nous donner, mais on ne veut pas être piloté de l’extérieur !
On aurait mis à la tête du conseil scientifique de l’IHU de Marseille, celui qui est à la tête du Biocluster parisien en tuant toute possibilité de faire grandir le biocluster marseillais ?
Je ne veux pas reproduire les systèmes qui ne marchent pas, je l’ai dénoncé avec force à l’IHU, je le dénonce avec force ici aussi.
Je l’aime cet hôpital public, j’y ai fait mes études, j’y ai travaillé, il faut bien le gérer ! Bon courage à ous Monsieur CREMIEUX dans cette mission !