Skip to main content

MARSEILLE : Les Petits Frères des Pauvres donnent la paro…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
8 Mar 2024

Partager :

MARSEILLE : Les Petits Frères des Pauvres donnent la parole à des vieilles et vieux sur les droits des femmes

À l’occasion de ce 8 mars, les Petits Frères des Pauvres présentent « Paroles de vieilles (et vieux) sur les droits des femmes », un recueil de paroles de personnes âgées accompagnées par l’Association.

Ces Paroles de personnes de 57 à 110 ans[1] ont également nourri les réflexions de l’Association qui propose près de 30 préconisations afin de renforcer les droits et les conditions de vie des aîné(e)s.

Qu’elles ne lâchent rien, c’est bien parti pour elles. Francine, 90 ans

BATTEZ-VOUS pour avoir plus de droits que les anciens avaient. Léonie, 71 ans

Ce sont des messages forts que des personnes accompagnées par les Petits Frères des Pauvres ont souhaité adresser aux jeunes femmes d’aujourd’hui à l’occasion de ce 8 mars. C’est aussi une formidable invitation à déconstruire les préjugés tenaces sur la vieillesse. Car si ces femmes âgées, très âgées même (et quelques hommes) cumulent vieillissement, précarité, isolement, perte d’autonomie pour certains, elles et ils sont pleinement dans la vie, intéressés par les débats actuels de notre société. Parmi leurs autres sujets qui résonnent aujourd’hui, les violences faites aux femmes, l’image des femmes âgées dans la société, dans les médias et la culture, les inégalités de travail ou de retraite, la santé, le manque de valorisation des aidantes familiales comme professionnelles.

Près de 30 préconisations pour faire évoluer les droits des personnes âgées

Forts de ses Paroles de, les Petits Frères des Pauvres, qui luttent depuis près de 80 ans pour valoriser la place des aînés les plus fragiles dans la sociétéproposent tout un volet de préconisations pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées et notamment celles des femmes âgées qui représentent plus de 15 % de la population française[2]. Parmi elles,

  • le calcul de la retraite des femmes n’ayant pas une carrière complète sur les 15 meilleures années
  • le rajout d’un nouvel âge clé de la vie à 85 ans dans « Mon bilan prévention »
  • un meilleur accompagnement du deuil y compris sur le volet administratif
  • la construction d’une politique du Grand Age correspondant aux besoins.

Pour Anne Géneau, présidente des Petits Frères des Pauvres « En cette journée du 8 mars, l’occasion nous est donnée d’écouter, de lire, ce que les personnes que nous accompagnons, (femmes ou hommes), pensent de la condition et des droits des femmes. Ces témoignages sont touchants, criants de vérité et nous renvoient à ce qui préoccupe Les Petits Frères des Pauvres au quotidien. Comment renforcer les droits des aîné(e)s ? Comment ne pas les oublier dans notre société qui évolue et quelle place leur donner ? Nos ainé(e)s ont besoin de nous et nous avons besoin d’eux, d’elles, et de ce qu’ils nous transmettent. »

[1] 123 personnes âgées de 57 à 110 ans ont participé à ce recueil. 47 % ont 80 ans et plus. 90 % des répondants sont des femmes.

[1] Insee 2024