Skip to main content

LA LONDE LES MAURES : L’avenir de la France s’invente

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
29 Jan 2024

Partager :

LA LONDE LES MAURES : L’avenir de la France s’invente

En cette 15ème année de mandat, pour François de Canson, maire de La Londe-les-Maures, c’était un moment privilégié pour en dresser le bilan.

Force est de constater que les choses n’ont pas été toujours simples. Le monde qui nous entoure a changé et continue de changer à grande vitesse. Ces dernières années ont été marquées par des chocs successifs et des événements inattendus, qui ont remis en cause beaucoup de nos principes et de nos modes de fonctionnement.

LA LIBERTE EST MENACEE

Le premier magistrat explique : « Lorsque nos valeurs sont menacées, que ce soit par des crimes odieux visant nos professeurs, des divisions sociales, des émeutes qui enflamment des quartiers, ou des attaques contre les institutions démocratiques, cela peut compromettre la stabilité nationale.Notre République est menacée parce que l’ordre est menacé, parce que la justice est menacée, parce que la liberté est menacée.Demandons-nous comment tout cela est fabriqué et favorisé. Quel est le rôle joué par les vieilles rancœurs exacerbées, la peur instrumentalisée, les algorithmes des réseaux sociaux transformés en tribunaux où la condamnation sociale se produit dans l’instantanéité ?Nous voyons, sous nos yeux, un monde qui est en train de muter. Oui, un monde disparaît, alors que celui de demain n’est pas encore né. Nous nous trouvons dans un « entre-deux » qui suscite des inquiétudes et en même temps un ferment de solutions, d’inventions et d’espoirs.Et c’est là tout l’enjeu. Collectivement faire advenir le positif, le juste, pour chacune et chacun d’entre nous. Il est grand temps d’abattre quelques murs et de construire des ponts. Soyons lucides et clairvoyants : il nous faut reprendre notre avenir en main.Il nous faut reconquérir une grande partie de notre souveraineté, il nous faut réduire nos dépendances structurelles.Et cela, nous devons le faire en continuant à travailler, plus intelligemment et efficacement avec nos partenaires, notamment au sein de l’Europe.Nous devrons donc faire preuve, d’agilité, de souplesse, de réactivité. Nous devrons à la fois être capables d’anticiper, prendre les devants, voir loin, et d’agir de manière ciblée et pragmatique, dès que cela est nécessaire. Face à ces nouveaux impératifs, face à ces mutations en cours, je crois que nous avons au sein de nos communes, ou au sein de nos intercommunalités, un rôle essentiel à jouer ».

PENSER LA VILLE DE DEMAIN

Mais, pour le maire et vice-président de la Région, la Ville a des atouts et des aptitudes insoupçonnés : « Nous avons en nous la force et l’énergie pour initier de vrais changements. Des changements partagés et souhaités par un nombre de plus en plus grand.Je suis convaincu que pour penser la ville de demain, il faut accepter de changer les habitudes d’aujourd’hui.Ce qui est vrai, c’est que nous avons, localement, les moyens de repenser profondément nos manières de gérer nos ressources, d’organiser l’espace public, de favoriser la solidarité, d’encourager et de soutenir les talents.Si tout cela peut inquiéter, j’y vois, au contraire, une formidable opportunité de progresser et de s’améliorer collectivement.Nous devons trouver les moyens de réussir certaines transformations complexes.Je porte cette idée qu’une part de l’avenir de la France, aujourd’hui, s’invente dans nos territoires. Nos territoires sont des espaces de solutions, des espaces d’expérimentations, des espaces de solidarités. Ces territoires tant dénigrés par certains comme étant une survivance d’un monde ancien révolu apparaissent, à nouveau, dans toute leur modernité.J’ai pu le constater, au moment de la crise sanitaire, où le pragmatisme s’est imposé. Les solutions sont venues du terrain, avec la connaissance que nous avions de celui-ci. La crise a marqué le chant du cygne de la stricte répartition des compétences.J’ai pu le constater, aussi, en ma qualité de vice-président de la Région Sud, en arpentant, avec bonheur, ce territoire béni des Dieux et dont les représentants, au premier rang desquels, les Maires, ou Présidents d’intercommunalité, ne cessent d’être inventifs dans leurs projets.Ce nouveau monde qui émerge est donc aussi, pour nous, l’occasion d’être acteurs de notre histoire et de notre destin », conclut le maire de La Londe.

Photo Alain BLANCHOT.