Skip to main content

LA LONDE LES MAURES : Kader BENAL, un homme exceptionnel …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
1 Avr 2024

Partager :

LA LONDE LES MAURES : Kader BENAL, un homme exceptionnel et un athlète émérite

C’est avec une profonde émotion et une grande fierté que François de Canson, le maire, a dévoilé la plaque de la salle de boxe des Bormettes, « un lieu qui porte désormais le nom d’un homme exceptionnel, un athlète émérite et un modèle pour la Ville ».

Le 21 mars, le maire et les élus du Conseil municipal étaient réunis pour rendre hommage à Kader Bénal, une figure dans le monde de la boxe et du sport.

« Aujourd’hui, c’est avec une immense fierté que nous nous réunissons pour donner son nom à cette superbe salle de boxe. Cet événement marque le début d’une nouvelle ère sous l’empreinte de Kader. Cette salle doit être à son image. Cela doit être un lieu où les rêves prennent vie où la persévérance est encouragée et où le courage est cultivé. Cette salle doit être le lieu où ces valeurs seront transmises, où les esprits seront forgés et où les champions émergeront. Nous avons aménagé cet endroit, avec la conviction que la pratique sportive, en particulier la boxe, peut être un puissant moteur de développement personnel et collectif. La boxe, c’est bien plus qu’un sport. C’est une école de vie qui enseigne la discipline la résilience et le dépassement de soi », a lancé le premier magistrat.

UN REPERE ET UN EXEMPLE

Dès l’âge de 18 ans, Kader s’est lancé dans la boxe, une discipline qu’il a pratiquée pendant 11 ans avec détermination. Licencié au sein du Ring Olympique Hyèrois Club, il a brillé sur le ring devenant deux fois champion de Provence. Ses performances l’ont propulsé en quart de finale et en finale du championnat de France. Son talent l’a conduit à être qualifié pour la rencontre France – Algérie au stade Marcel Cerdan à Alger. Mais Kader Bénal ne s’est pas arrêté là. Après son parcours remarquable dans la boxe, il a embrassé une nouvelle passion : le rugby.

Entre la boxe et le rugby, il n’y a pas beaucoup de différence a fait remarquer le maire : « Ces deux disciplines partagent des valeurs fondamentales où le respect joue un rôle central. Sur le ring, les boxeurs se battent avec honneur et fair-play respectant l’intégrité physique de leur adversaire malgré l’intensité du combat. De même, sur le terrain de rugby, le respect des règles et des adversaires est primordial. Car sa vocation était bien là : Se mettre au service de cette jeunesse qu’il aimait tant et qui lui rendait si bien. Pendant de nombreuses années, il a oeuvré auprès des générations de Londais. Il a été, pour nombre d’entre eux, un éducateur qui a marqué leur vie qui fut un repère et un exemple à suivre ».

« Au-delà de ses performances sportives, il était aussi et avant tout la gentillesse et l’élégance. Toujours impeccablement habillé, sur et en dehors du terrain, il était un modèle de classe. Son allure distinguée reflétait son respect pour lui-même et aussi pour ceux qu’il rencontrait. Kader était un exemple vivant de la façon dont le caractère et la personnalité d’un individu peuvent avoir un impact profond sur son entourage. En plus de ses performances exceptionnelles, c’est cette humanité qui le rendait inoubliable », a conclu François de Canson.

Photo Alain BLANCHOT.