Skip to main content

LA GARDE : Le vice-amiral d’escadre Gilles Boidevez…

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
13 Mai 2024

Partager :

LA GARDE : Le vice-amiral d’escadre Gilles Boidevezi lance la campagne de sécurité des loisirs nautiques et de la plaisance 2024

Ce lundi 13 mai, le vice-amiral d’escadre Gilles Boidevezi, préfet maritime de la Méditerranée, a lancé la campagne de sécurité des loisirs nautiques et de la plaisance 2024, accompagné du directeur du centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage de Méditerranée (CROSS MED).

Après la forte croissance du nombre d’opérations coordonnées par le CROSS entre les années 2020 et 2022, l’activité de la saison 2023 a légèrement baissé (-7%), de même que le nombre de personnes impliquées (-9%). Si cette tendance est encourageante, le nombre d’opérations reste néanmoins très élevé et bien supérieur à l’activité de la fin des années 2010.
L’analyse faite sur ces quatre dernières années a démontré une tendance endémique sur la façade méditerranéenne, qui se traduit par une augmentation sensible des interventions opérationnelles d’ampleur. Les causes principales de cette accidentologie élevée pointent vers un facteur commun : l’humain. Les comportements irresponsables, l’inexpérience et l’impréparation des usagers restent en effet trop souvent la première cause d’intervention.
La mer est un espace de liberté, le garantir implique néanmoins de réguler les usages afin de faire cohabiter au mieux l’ensemble des activités. Ceci est particulièrement vrai dans un contexte de diversification accrue de la nature des usages, et d’augmentation de la fréquentation du littoral (notamment bande des 2-3 nautiques).
Sous l’autorité du préfet maritime de la Méditerranée, le renforcement des contrôles effectués par les unités de l’action de l’État en mer (+8%) s’est révélé efficace en 2023. Cette présence quotidienne et agile s’avère dissuasive, comme l’illustre la baisse d’infractions notable (-16%) au regard du nombre de contrôles conduits. Pour autant, la dangerosité de la majorité des infractions relevées (matériel de sécurité, vitesse et navigation dans des zones interdites) souligne la nécessité d’agir directement sur la responsabilité et le comportement des usagers.
À l’aune de ces éléments, la saison estivale 2024 marquera la poursuite des efforts entrepris, et le maintien d’un dispositif agile et adapté aux zones à risque, afin d’assurer la régulation et la sécurisation des activités et pratiques des loisirs nautiques. La répression des comportements particulièrement dangereux (vitesse, zones de navigation) sera systématique. De même, une attention particulière sera portée sur les règles de base de la sécurité (matériel et titres de conduite) et sur la consommation d’alcool et de stupéfiants en mer. Les travaux d’évolution de la règlementation sur la sécurité en mer à l’échelle national, et l’application des dispositions locales (telles que celles introduites par l’arrêté préfectoral n°109/2024 règlementant la navigation et les activités nautiques dans les eaux sous juridictions françaises en Méditerranée) seront également poursuivis.

Par ailleurs, en adaptant sa campagne médiatique et en diversifiant ses modes de communication sur toute la période estivale, la préfecture maritime poursuivra sa politique volontariste de sensibilisation et de prévention des usagers de la mer, selon les objectifs suivants :

 » Rappeler les règles de base de la sécurité en mer (conditions météos, équipements de sécurité, titres de conduite, etc.) ;
 » Responsabiliser les usagers de la mer (maitrise technique, capacités physiques, civisme, responsabilité, etc.) ;
 » Appuyer sur les facteurs aggravants (vitesse, formation insuffisante, défaut matériels de sécurité, alcool, stupéfiants, etc.) ;
 » Poursuivre l’information pour l’utilisation du 196 et du canal VHF 16.

En mer, 3 grands principes s’appliquent.

Pour se les rappeler, il faut retenir le sigle suivant  » PEA, l’assurance vie en mer  » :
– Préparer : connaître la météo, les particularités de la zone, avoir conscience de son état de santé et de celui de ses passagers, prévenir un proche de ses intentions et de l’heure de retour prévue ;
– Équiper : vérifier son matériel, porter une brassière et une tenue adaptée à la pratique, avoir un moyen de communication en état de marche, être en mesure de se signaler visuellement auprès des moyens de secours ;
– Alerter : en cas de difficulté => VHF 16 et le numéro d’urgence 196 depuis n’importe quel téléphone pour joindre les secours (numéro valable partout en France).