Skip to main content

LA FARLEDE : Rencontre avec Gérard Boetti, président du c…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
14 Jan 2024

Partager :

LA FARLEDE : Rencontre avec Gérard Boetti, président du comité de la Vallée du Gapeau

Président du comité du Souvenir Français de la Vallée du Gapeau, depuis 2016, Gérard Boetti revient sur la réunion du Souvenir Français, tenue en présence de Yves Palmiéri, maire de La Farlède. Il répond aux questions de Presse Agence et de La Gazette du Var.

Quel était l’ordre du jour de cette réunion ?

Gérard BOETTI. Resserrer les liens entre les adhérents de cinq communes, convenir du bilan de l’année passée et de la nomination des membres du bureau, avec les cinq édiles du canton et les participants et s’inspirer des indications apportées par Roger Carpentier, Délégué général adjoint du Souvenir Français du Var.

Combien d’adhérents avez-vous au sein du comité ?

GB. Très affaibli, le comité s’est rétabli à partir de 2021 grâce à Éric Dubosc, nouveau président de la section Souvenir Français de La Farlède, qui a progressivement enregistré de nouvelles adhésions. Pour la seule année 2023, l’effectif s’est enrichi de 14 sympathisants et, maintenant, le comité compte 65 membres. Nos partenaires sont les trois associations d’Anciens Combattants du canton.

Pour le 80ème anniversaire du Débarquement de la Provence, quelle est votre feuille de route ?

GB. 2024 sera une année mémorielle importante. Nous nous associerons aux préparatifs des trois associations d’Anciens combattants et des maires, lors de la fête de la Libération respective des 5 communes, pour rendre un fervent hommage à nos libérateurs, soldats du Corps Expéditionnaire Colonial Français dont beaucoup ont péri durant d’âpres combats qui ont sévi tant dans la plaine, dans les collines que dans la vallée du Gapeau. C’est surtout à La Farlède que, concrètement, Éric Dubosc s’investit dans ce sens, au sein du comité de pilotage municipal. Tous ensemble, nous favoriserons le passage de la Mémoire et la notion de gratitude que nous devons à nos libérateurs.

Propos recueillis par Nicolas TUDORT – Photos PRESSE AGENCE.