Skip to main content

LA FARLEDE : « Face à l’inceste », enquête parents …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
15 Avr 2024

Partager :

LA FARLEDE : « Face à l’inceste », enquête parents protecteurs, parents complices – 2022

La Municipalité de La Farlède organise une table ronde « Comment agir contre l’inceste ? » à 18h, mardi 16 avril, à l’espace de La Capelle, 160 rue du Partégal.

Cette rencontre sera l’occasion de présenter l’association Face à l’inceste, et ses représentantes. L’association animera la table ronde initiée pour sensibiliser les publics sur la thématique de l’inceste, un sujet qui résonne intensément avec l’actualité. Avec la déléguée générale de l’association, Anne Clerc, ainsi que Randal Do, responsable de l’antenne des Bouches-du-Rhône. En présence du maire Yves Palmieri, maire de La Farlède et de Vanessa Lando, farlédoise bénévole de l’association.
Cette table ronde se déroule dans un contexte particulièrement significatif, alors que le sujet de l’inceste est au cœur de l’actualité, avec la sortie récente du film documentaire de Christine Angot qui aborde ce thème délicat, ainsi que la promulgation de la loi Santiago. Une opportunité pour vous de rencontrer et questionner des spécialistes sur le sujet.

La table ronde réunira des professionnels en lien direct ou indirect avec des mineurs ainsi que des institutionnels.

Face à l’Inceste, anciennement AIVI est créée en 2000 par Isabelle Aubry, survivante d’inceste.

Qu’un enfant révèle l’inceste avec ses mots ou avec des maux, l’adulte professionnel ou parent est bien souvent désemparé quant au parcours à emprunter pour le protéger et le soigner. Pourtant quand un enfant exprime sa souffrance, c’est pour que l’inceste s’arrête. A nous de savoir agir. 8 Pour cette enquête, ce n’est pas moins de 1156 répondants ayant révélé l’inceste qui se sont confiés et ont permis de faire ressortir les résultats suivants : Seulement 5 % des pères et 6 % des mères vont porter plainte. Plus de 7 parents sur 10 ont une attitude négative lorsque la victime révèle l’inceste, moins de 2 parents sur 10 ont essayé de protéger la victime et enfin, le recours aux autorités est très faible : 5 % environ. Parmi nos répondants, 6 % des victimes déclarent que leur cousin était leur agresseur principal. Pourtant, ceux-ci ne sont pas considérés comme des auteurs potentiels d’ atteintes sexuelles à caractère incestueux. Dans 54 % des cas, quelqu ‘ un était informé des agressions au moment des faits, principalement la mère : 16 %.