Skip to main content

HYERES : Stéphane RAMBAUD : « La police municipale est la…

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
2 Avr 2024

Partager :

HYERES : Stéphane RAMBAUD : « La police municipale est la troisième force de police de France »

La police municipale, troisième force de police de France, a vu ses prérogatives renforcées en ces temps où la sécurité est plus que jamais une priorité.

N’épargnant pas leurs efforts pour se montrer à la hauteur des enjeux de la protection des Français, ces hommes et ces femmes doivent être appréciés à leur juste valeur. Souvent primo intervenants, ils constituent un atout considérable en totale complémentarité avec les forces de sécurité de l’Etat. Ce dévouement mérite d’être pleinement reconnu. C’est pourquoi, Stéphane Rambaud, député du Var, interpelle le ministre chargé de la fonction publique afin que soit mis en place rapidement cette reconnaissance sous forme d’une prime salariale qui soit, à l’instar de ce qui existe pour la police nationale, une distinction à la hauteur de leur engagement.

QUESTION ECRITE

Stéphane Rambaud attire l’attention de M. le ministre de la transformation et de la fonction publiques sur les légitimes revendications des policiers municipaux en matière de droits sociaux. En effet, alors que depuis quelques années l’implication et les responsabilités de la police municipale se sont rapprochées de celles de la police nationale ; alors que le nombre de policiers municipaux tués ou blessés au cours des deux dernières décennies est en croissance, force est de constater que la mobilisation des policiers municipaux liée aux nouvelles missions qui leur ont été confiées n’est pas reconnue et n’a conduit qu’à peu d’avancées sociales significatives. Actuellement, troisième force de police de France avec 28 500 agents, il est tout à fait légitime que leur soit rendue obligatoire l’Indemnité spéciale mensuelle de fonctions de police (ISMF) dite « prime police », qui peut représenter jusqu’à plusieurs centaines d’euros par mois, qu’elle soit portée à 25 % du traitement de base mais aussi qu’elle soit intégrée au calcul de la retraite des policiers municipaux comme c’est le cas pour les pompiers professionnels avec la « prime de feu ». Face à la forte mobilisation des policiers municipaux, il lui demande de bien vouloir lui faire connaître les marges de progression qui sont envisageables afin de pouvoir répondre favorablement aux légitimes demandes exprimées par l’ensemble des policiers municipaux.