Skip to main content

HYERES : Max BAUER : « Stop à l’écologie punitive e…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

HYERES : Max BAUER : « Stop à l’écologie punitive et à la PAC verte européenne » !

Le Parlement européen ne doit pas être entre les mains d’une technostructure, obnubilée par des normes et des réglementations avec toujours plus de contraintes, non légitime car pas démocratique.

Les députés doivent reprendre la main sur les services de la Commission qui se sont beaucoup développés, au fil du temps, employant une armée de fonctionnaires.
La question du cas politique de l’Europe se pose ? Une Europe fédérale ou une Europe des nations car on observe dans la plupart des pays de l’union, une montée du nationalisme et de euroscepticisme.

Pour un grand nombre d’agriculteurs français, c’est stop à l’écologie punitive et à la PAC verte européenne qui impose la décroissance agricole.
La politique agricole commune de l’Union Européenne conduit à la destruction de l’agriculture paysanne, à la perte des patrimoines culturels agricoles et à la perte de souveraineté alimentaire des pays de l’Union Européenne.

Avec la PAC verte, les accords de libre-échange, l’accès à l’eau et à l’énergie, tout est organisé en Europe pour détruire l’agriculture paysanne au profit de productions industrielles.
Pourtant, la PAC, qui était un élément essentiel du traité de Rome, a été le ciment de l’Europe. Ses outils de régulation, qui organisaient et protégeaient le marché commun, donnaient des perspectives d’avenir aux agriculteurs européens et leur permettaient de vendre leurs productions à des prix rémunérateurs tout en permettant aux consommateurs de bénéficier d’une alimentation sans cesse plus sûre et moins chère.

Nous réaffirmons que la PAC de 1992 a été le premier acte de soumission de l’agriculture européenne au GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) puis à l’OMC (Organisation mondiale du commerce), par une libéralisation sauvage des échanges agricoles. La chute vertigineuse du nombre d’agriculteurs et la désertification des campagnes ont malheureusement donné raison à la Coordination Rurale (CR). Aujourd’hui, la CR continue son combat pour remettre l’agriculture à sa juste place et pour que l’agriculteur soit reconnu comme celui qui nourrit les hommes et qui contribue de manière durable au développement de la planète.
Il est impératif d’aller vers une harmonisation sociale et fiscale communautaire. Les niveaux de salaires et d’impôts sont très variables d’un pays de l’UE à l’autre, ce qui implique une distorsion de concurrence au sein même de l’UE.

Le 9 juin, certains se sont abstenus, d’autres ont pris l’initiative du vote sanction. Mais, un vote réfléchi et utile, c’est prendre conscience de ce que nous souhaitons laisser à nos générations futures. Il faut ensuite des hommes et des femmes politiques qui tiennent leurs promesses et restent ferme sur les positions pour lesquelles nous avons accordé notre confiance pour nous représenter. Ainsi, la démocratie se renforcera et se grandira !

Max Bauer, président de la Coordination Rurale de PACA et du Var.