Skip to main content

LE REVEST LES EAUX : Législatives 2024 – Florian FI…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

LE REVEST LES EAUX : Législatives 2024 – Florian FIMBEL : « Nous voulons la démocratie réelle »

Déjà candidat en 2022, nous sommes allés à sa rencontre. 

Démocratie Réelle

– Sur votre affiche apparaît le terme « Démocratie Réelle », pouvez-vous nous en dire plus sur ce que vous entendez par là ?

Faisons un peu d’histoire si vous voulez-bien. Qui a inventé la Démocratie ? Les Athéniens à l’époque de la Grèce antique. Qui décidait en Démocratie ? C’était les citoyens à l’Agora qui validaient ou non les propositions faites par les tirés au sort. Tout le monde savait jusqu’au 19ème siècle, tous les philosophes (Montesquieu, Rousseau, etc), que les deux seuls outils qui permettent de qualifier un régime de « Démocratie » sont le tirage au sort et le Référendum. L’élection, pour désigner ceux qui dirigent, est un outil inventé par les Philosophes des Lumières. C’est pour ça essentiellement que la Révolution Française est connue dans le Monde entier, car elle a inventé un nouveau système de gouvernance, le Régime représentatif, qui aujourd’hui s’est imposé sur quasi toute la surface du globe. Il était très clair dans l’esprit des pères fondateurs des premières constitutions françaises que ce régime « n’est pas et ne saurait être une Démocratie » (Sieyès). Il faut relire Bernard Manin, ce qu’il a écrit il y a vingt ans dans Principes du gouvernement représentatif est terriblement d’actualité.

– Vous êtes donc opposé au Régime représentatif ? Vous ne voulez plus que nous ayons de représentants ?

Pas du tout ! Ça a été clairement une évolution positive, comparé à la monarchie, de pouvoir se désigner des représentants pour une durée déterminée. Mais nous pensons qu’en parallèle de ce Régime représentatif doivent être instaurés des outils qui permettront aux citoyens Français de décider directement.

– Quels sont ces outils ?

Ce sont les outils, comme expliqué précédemment, qui sont consubstantiels à une Démocratie : le Référendum et le tirage au sort. Mais pas n’importe quel Référendum le Référendum à l’initiative des citoyens, le RIC. Il faut comprendre que le RIC peut être en différentes matières et à différentes échelles. Les différentes matières dans lequel le RIC peut être réalisé sont : * RIC Constituant : faire une proposition de loi constitutionnelle pour modifier la Constitution * RIC Abrogatoire : abroger donc supprimer une loi qui a été débattue, votée et promulguée par les représentants * RIC Révocatoire : révoquer un élu et déclencher une nouvelle élection pour le remplacer * RIC Législatif : faire une proposition de loi ordinaire * RIC Convocatoire : convoquer une assemblée, une convention, une conférence * RIC de déclenchement : déclencher une procédure * RIC de traités (RIC de ratification) : proposer la ratification d’un traité * RIC Conventionnel : Référendum obligatoire sur le bloc conventionnel de la hiérarchie des normes * RIC de saisine tribunaux : RIC pour déclencher une procédure de justice.

Ces RIC doivent pouvoir s’exprimer à toutes les échelles : commune, département, région, nation, espace de la francophonie, union européenne.

Sur les 11 candidats à la dernière élection présidentielle, 8 avaient le RIC. Mais tous ne proposaient que l’échelle la moins importante : le RIC législatif (sauf LFI qui avait aussi le RIC révocatoire). Dans ces élections, nous sommes les seuls à vouloir instituer le RIC en toutes matières et à toutes les échelles (locale…nationale). Le nombre de signatures nécessaires au déclenchement du RIC reste à débattre, peut-être pouvons-nous envisager que ce nombre soit croissant en fonction de l’importance du RIC (de 700 000 pour le RIC Législatif à 2 millions pour le RIC Constituant par exemple).

Quant au tirage au sort, nous souhaitons l’instaurer pour des chambres de propositions pour que ces propositions puissent ensuite être validées ou non par Référendum (exemple de « la convention citoyenne pour le climat » qui n’a malheureusement pas été au bout de son processus). Nous souhaitons aussi l’instaurer pour des chambres de contrôle. A noter que le tirage au sort fonctionne très bien aujourd’hui en France pour désigner les jurés d’assise. Pourtant le tirage au sort est encore un peu comme le droit de vote pour les femmes en 1850 : une idée courte et farfelue pour une partie de la population. Elle est encore très précoce dans l’opinion publique alors qu’elle apporterait un vent d’air frais à notre Démocratie qui en a bien besoin.

– Mais pensez-vous que tout cela va avoir une réelle conséquence sur la vie de nos concitoyens ?

Ça changera tout !

Nous aurons enfin notre mot à dire sur tous les sujets que nous souhaiterons : le retraite, la situation internationale, le dérèglement climatique, l’éducation…

La Suisse a par exemple voté par RIC le 3 mars dernier en faveur d’un treizième mois de pension de retraite et a rejeté le relèvement de l’âge de départ à 66 ans. Nos voisins Suisses votent bien plus régulièrement pour des idées (ils appellent cela des « votations citoyennes ») que pour des personnes (les élections). Pas de manifestation, pas de violence, cet outil est le plus à même pour assurer la paix sociale.

Autre exemple, en Irlande, une Convention constitutionnelle a été créée, où ont travaillé ensemble, une année entière, 66 citoyens tirés au sort avec 33 élus. Les résultats, sont spectaculaires : cette assemblée de 99 participants a révisé 8 articles de la Constitution irlandaise, notamment celui sur le mariage homosexuel. On a vu ce que la France a connu d’instabilité politique pendant plus d’un an sur cette question. L’Irlande a eu une approche beaucoup plus juste, alors que ce sujet est nettement plus sensible là-bas (l’église y a toujours un poids prépondérant), en invitant les citoyens à soumettre à la convention des réflexions, des dossiers, des arguments. Ceux-ci ont lu, entendu, consulté des experts, des lobbys, des prêtres catholiques, des organisations homosexuelles et pour finir, cette assemblée constituante a voté à 79% en faveur du mariage homosexuel.

Le Texas a aussi montré que, dans une démocratie délibérative, la population est capable de proposer des lois ou des mesures extrêmement nuancées, sophistiquées. Cet Etat, pétrolier par excellence, détient aujourd’hui le record des éoliennes. L’évolution s’est faite dans un processus délibératif, en dépit des intérêts locaux favorables au système pétrolier.

– Vous pensez que les Français sont prêts pour un tel chamboulement ?

Depuis des années les sondages concordent, indiquant que les Français aspirent à une Démocratie plus directe. Certes, dans un sondage, le peuple dit ce qu’il pense sans avoir réellement pris le temps de penser (contrairement à un Référendum où il y a un temps de réflexion important avant de s’exprimer). Mais nous pouvons toutefois nous pencher sur le baromètre du CEVIPOF (SciencesPo) pour avoir une idée de la question. 83 % des Français souhaitent avoir « un système politique démocratique » et 73 % des Français sont favorables au RIC. La proportion de citoyens Français se disant favorables au RIC oscille entre 73 et 82% selon les sondages. « D’une manière générale avez-vous confiance dans le personnel politique? » 70 % NON. « Diriez-vous qu’en France la démocratie fonctionne » : 68 % pas très bien. « Avez-vous confiance dans les partis politiques ? » : 80 % NON « A votre avis, est-ce que les responsables politiques, en général, se préoccupent beaucoup, assez, peu ou pas du tout de ce que pensent les gens comme vous ? » 81% pas du tout. « Je vais vous décrire différents types de systèmes politiques et vous demander ce que vous en pensez pour gouverner ce pays. Pour chacun, veuillez me dire si vous êtes d’accord avec cette façon de gouverner le pays » Avoir un système politique plus démocratique ? 83 % OUI.

https://www.ric-france.fr/sondages-sur-le-ric

Nous en sommes donc persuadés, les Français sont prêts pour instaurer cette Démocratie Directe qui sera de nature à créer les conditions socio-économiques et culturelles pour vivre dignement et pour bien vivre ensemble. Les défis actuels sont nombreux et il nous apparaît que les institutions, comme la population, sont conscientes du besoin de coopération et de resserrement des liens.