Skip to main content

CANNES : MIPIM 2024 – Le végétal au secours du sect…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

CANNES : MIPIM 2024 – Le végétal au secours du secteur immobilier ?

À l’occasion de cet événement incontournable de la profession immobilière, Hugo Meunier – fondateur de Merci Raymond – se tient disponible pour apporter son éclairage sur la transition écologique du secteur.

Le MIPIM ouvrira ses portes le 12 mars prochain au Palais des Festivals à Cannes. Rendez-vous phare des secteurs de l’immobilier et de l’urbanisme, il rassemblera plus de 20 000 participants – investisseurs, promoteurs, pouvoirs publics et experts urbains – pour partager leurs visions d’un avenir durable en matière de logement et l’ambition d’accélérer la transformation du secteur vers davantage d’écoresponsabilité.

Aujourd’hui, le secteur du bâtiment est responsable de 23% des émissions de gaz à effet de serre français[1] et les villes voient les îlots de chaleur se multiplier, alors même que la crise du logement s’enlise. La filière immobilière fait plus que jamais face à un double impératif écologique et structurel, pour y répondre de plus en plus d’acteurs se positionnent en faveur de solutions permettant de concilier construction immobilière et durabilité. La végétalisation du patrimoine foncier existant et l’éco-conception du bâti sont en première ligne.

Hugo Meunier, fondateur de Merci Raymond – entreprise écoresponsable pionnière dans la végétalisation et l’agriculture urbaine – se tient entièrement disponible pour dresser un état des lieux de la transition écologique de la filière immobilière et rendre compte des bienfaits des solutions fondées sur la nature.

· De l’urgence de lutter contre la précarité énergétique : « Selon l’Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE) 15,7% du parc immobilier français seraient des « passoires énergétiques ». Parmi les principales causes ? Les toits et les façades, véritables angles morts des stratégies d’optimisation énergétique, responsables de près de 30% des pertes d’énergie[2]. Certes, plusieurs réglementations ont été implémentées, mais nous déplorons la moindre ambition des politiques énergétiques actuelles, souvent onéreuses à l’efficacité moindre. Pour sortir de la précarité énergétique et répondre à une urgence tout à la fois sociale et environnementale, il faut agir à deux niveaux au moins. » explique-t-il.

· Mettre en place des mesures fondées sur la nature : « Les solutions fondées sur la nature, de par leurs avantages évidents en matière de réduction de consommation énergétique, sont des options de premier choix dans les stratégies de rénovation et d’isolation énergétique. Selon une étude britannique[3], un mur végétalisé peut réduire de 31,4% les pertes de chaleur du bâti par rapport à une structure conventionnelle. Les structures végétales, au-delà d’optimiser la régulation des températures intérieures, offrent également davantage de confort aux résidents et réduisent donc la nécessité de recourir à des systèmes de climatisation énergivores ! Il existe pourtant une multitude de méthodes de végétalisation, les solutions qui s’offrent à nous sont larges pour améliorer la performance environnementale des logements. » poursuit-il.

· Les bienfaits de la nature, au-delà de la simple optimisation énergétique : « Si la rénovation énergétique des bâtiments doit impérativement intégrer des solutions innovantes, telles que la végétalisation, ses bienfaits vont bien au-delà de la simple optimisation énergétique. Ils incluent la gestion des eaux pluviales, la protection contre les rayons UV, la purification de l’air et le maintien voire l’enrichissement de la biodiversité locale. La transition vers un bâti véritablement durable exige néanmoins une réflexion plus large, englobant la mixité économique et sociale, la densification urbaine et la rénovation des constructions existantes. » conclut-il.

A propos de Merci Raymond

Créée en 2015, Merci Raymond est une entreprise écoresponsable pionnière dans la (re)végétalisation en ville et le développement de l’agriculture urbaine. L’objectif : remettre du vert en ville ou y créer des espaces dédiés à l’agriculture urbaine, avec la volonté de fédérer le plus grand nombre et de créer du lien social autour de la nature. Avec le Grand Paris comme premier terrain d’application et un premier bureau en région installé à Marseille puis à Bordeaux en 2022, Merci Raymond rayonne désormais à l’échelle de la France. Depuis sa création, Merci Raymond a réalisé plus de 700 projets, stimulé 25 000 mains vertes, et a planté plus de 150 000 végétaux. En octobre 2023, l’entreprise se rapproche du groupe centenaire Myrium, leader de la rénovation des bâtiments avec pour objectif de devenir

Parmi ses réalisations les plus emblématiques : la végétalisation des espaces de coworking Wojo, la création du 1er cube végétal dédié à la déconnexion naturelle à Station F, le projet de la Green Borne à Grigny dans l’Essonne, la végétalisation de 3000m2 de toits productif au siège de Metal 57 – BNP Paribas, l’aménagement paysager pour réintroduire la biodiversité à l’Hôtel Rosalie… ainsi que plusieurs projets dans le cadre d’appels d’offre publics, tels que Réinventer Paris 2, Parisculteurs « Houblon » saison 2, Parisculteurs saison 3. Merci Raymond a par ailleurs reçu récemment deux Trophées de l’Agriculture Urbaine et a publié un ouvrage aux éditions Hachette en 2019 : « Tous acteurs de la Révolution Verte ».
Site web : https://merciraymond

[1] Ministère de la Transition Écologique et des Territoires

[2] Ademe.

[3] Building and Environment, 2022