Skip to main content

AMSTERDAM : Grande rétrospective Frans Hals au Rijksmuseum

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
19 Jan 2024

Partager :

AMSTERDAM : Grande rétrospective Frans Hals au Rijksmuseum

Du 16 février au 9 juin 2024, près de cinquante des plus beaux tableaux de Frans Hals, en provenance de prestigieuses collections internationales, seront exposés au Rijksmuseum d’Amsterdam.

Organisée en collaboration avec la National Gallery of Art de Londres et la Gemäldegalerie de Berlin, l’exposition « Frans Hals » bénéficie du concours exceptionnel du musée Frans Hals de Haarlem.

La liberté et la vivacité de sa touche impressionniste placent Frans Hals parmi les peintres les plus novateurs du XVIIe siècle. Ses portraits de régents, de joyeux musiciens ou d’enfants rieurs témoignent d’un talent et d’une audace inégalés ; ils sont si pleins de vie qu’ils semblent presque respirer pour de vrai.

Parmi les exclusivités de l’exposition du Rijksmuseum en 2024 figureront des tableaux comme le Banquet des officiers de la garde civique de Saint-Georges de 1616 et Les régents de l’hospice des vieillards (Musée Frans Hals), les Portraits de Lucas de Clercq et Feyntje van Steenkiste (Rijksmuseum) et Jeune Garçon Riant (Mauritshuis). Il s’agit de la première exposition Hals présentée dans la capitale néerlandaise. Les visiteurs sont également invités à découvrir Haarlem, la ville de naissance et de travail de l’artiste, à 20 minutes en train.

L’exposition « Frans Hals » est présentée dans l’aile Philips du Rijksmuseum. La réservation d’un créneau de visite est obligatoire. Les billets sont en vente depuis le 15 août 2023, sur le site www.rijksmuseum.nl.

Première rétrospective depuis plus de 30 ans

Après les expositions monographiques sur Rembrandt (en 2015 et 2019) et Vermeer (en 2023), le Rijksmuseum consacre pour la première fois une grande rétrospective à Frans Hals (Anvers 1582/1584 – Haarlem 1666). Il s’agit de la première grande rétrospective sur Hals depuis les expositions de 1989 et 1990 à la Royal Academy of Arts de Londres, au musée Frans Hals de Haarlem et à la National Gallery of Art de Washington.

Une vivacité sans précédent

Les chefs-d’œuvre de l’exposition montrent avec éclat que Frans Hals s’était fixé pour but de représenter un être humain vivant – et donc en mouvement – de la manière la plus convaincante possible. Pour y parvenir, il a délibérément et audacieusement développé un style propre, tout à fait original dans la peinture néerlandaise du XVIIe siècle. Hals a opté pour un jeu de touches rapides qui confèrent à ses portraits une vivacité sans pareille. Le parcours de l’exposition met également en lumière l’identité des personnages représentés et leur mode de vie, les rendant encore plus vivants. Il apparaît ainsi que Malle Babbe devait être une figure bien connue dans les rues de Haarlem et que le Joyeux Buveur était probablement un acteur anglais en tournée aux Pays-Bas avec sa troupe de théâtre.

Virtuose

De son vivant, Frans Hals était considéré comme un virtuose en raison de l’originalité de son style et de sa technique, que seuls des peintres comme Rembrandt aux Pays-Bas et Vélasquez en Espagne pouvaient égaler. Portraitiste très recherché, il a su se constituer une riche clientèle de grands bourgeois, originaires non seulement de Haarlem, mais aussi d’autres villes néerlandaises. L’œuvre de Hals est lentement tombée dans l’oubli au cours du XVIIIe siècle. Il faut attendre la seconde moitié du XIXe siècle pour qu’elle soit redécouverte, comme celle de Vermeer, par le critique d’art et journaliste français Théophile Thoré-Bürger (1807-1869). Jusque dans les années 1960, on parlait de Rembrandt, Vermeer et Frans Hals comme des « trois grands » de la peinture néerlandaise du XVIIe siècle. Puis Hals a moins retenu l’attention des spécialistes et des amateurs. Une raison suffisante pour que le Rijksmuseum, la National Gallery of Art de Londres et la Gemäldegalerie de Berlin lui redonnent toute la place qu’il mérite en montrant à une nouvelle génération combien son travail était novateur.

Précurseur de l’impressionnisme

Le coup de pinceau très fluide et délié a toujours été considéré comme le trait le plus caractéristique de l’art de Hals. Il peut être considéré à juste titre comme le précurseur de l’impressionnisme. Avec sa touche virtuose, Hals a influencé des peintres tels que Gustave Courbet, Édouard Manet, James McNeil Whistler, Claude Monet, Max Liebermann, Vincent van Gogh et John Singer Sargent. Presque tous sont venus à Haarlem pour admirer ses portraits et ses peintures de miliciens.

Prêts

L’exposition « Frans Hals » rassemble de très nombreux chefs-d’œuvre parmi les quelque 200 tableaux peints par l’artiste, tels que Le Cavalier riant (1624, Wallace Collection de Londres), qui est prêté pour la première fois depuis 1870, le Portrait de Catherina Hooft avec sa nourrice (vers 1619-1620) et Malle Babbe (vers 1640, Gemäldegalerie de Berlin), le Portrait de Famille dans un paysage (vers 1646, Museo Nacional Thyssen-Bornemisza de Madrid), la Jeune femme présentant des fruits et légumes (1630, collection privée) et Le Bouffon au luth (vers 1623, Musée du Louvre). Le musée Frans Hals de Haarlem a consenti à prêter pas moins de quatre portraits de régents et de miliciens. Le Banquet des officiers du corps des archers de Saint-Georges (1616, Musée Frans Hals), la plus ancienne peinture de miliciens de Hals, n’avait encore jamais quitté Haarlem.