Skip to main content

TROYES : Notre-Dame de Paris, la querelle des vitraux (19…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

TROYES : Notre-Dame de Paris, la querelle des vitraux (1935-1965)

Lieu culturel incontournable du Département de l’Aube, La Cité du Vitrail à Troyes accueille pendant tout l’été les touristes, qui parcourent les routes de l’Est de la France, dans sa nouvelle exposition temporaire Notre-Dame de Paris, la querelle des vitraux (1935-1965).

En 1935, douze artistes verriers parisiens proposèrent de remplacer les verrières en grisaille de Viollet-le-Duc installées dans la nef de Notre-Dame de Paris par leurs propres créations. Encouragé par les défenseurs du renouveau de l’art sacré par la modernité, le projet se heurta pourtant à de nombreuses réticences au nom de la préservation de la cathédrale.
Près de 90 ans après le début de cette querelle, et pour la première fois depuis leur dépose, la Cité du Vitrail réunit jusqu’au 5 janvier 2025 ces créations dans une exposition exceptionnelle dans la chapelle et les salles attenantes de l’Hôtel-Dieu-le-Comte à Troyes.
Aux côtés d’une quinzaine de vitraux (lancettes et roses) qui sont exposés pour la première fois depuis leur dépose en 1939, une vingtaine de maquettes et esquisses mais aussi des tableaux et de nombreux documents d’archives (plans, photographies, articles de presse…) viennent illustrer la virulence des débats de l’époque : Peut-on oui ou non insérer de l’art moderne dans les Monuments historiques ? La création contemporaine y a-t-elle sa place et si oui comment ? L’exposition parcourt alors 30 ans de cette affaire qui s’échelonna de 1935 à 1965, avec des temps forts, des interruptions et des revirements. Cette dernière monopolisa de nombreuses énergies, aussi bien les acteurs de la culture que le grand public.
Un évènement labellisé Notre-Dame de Paris : vers la réouverture qui accompagnera la l’inauguration de l’emblématique cathédrale parisienne, prévue le 8 décembre 2024.

Notre-Dame de Paris la querelle des vitraux © Département de l’Aube – C. Péchiné.