Skip to main content

TOULOUSE : Une vidéo filmée en vision thermique, au musée…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
11 Mai 2024

Partager :

TOULOUSE : Une vidéo filmée en vision thermique, au musée d’art

Pour sa seconde édition, le Nouveau Printemps fidèle à ses valeurs d’accès à la culture, de cohésion sociale et d’inclusion, s’associe à de nombreux établissements scolaires et acteurs sociaux.

Au-delà d’un programme gratuit de visites guidées et d’ateliers jeune public, mais également d’un accès gratuit à l’ensemble des expositions et des médiations nombreuses pour les groupes scolaires et le champ social, le festival s’engage dans une démarche proactive et rend ses propositions accessibles à toutes et tous, à travers des projets participatifs avec des établissements scolaires et d’enseignement supérieur et des associations, ainsi que des propositions nombreuses et inclusives en direction des publics en situation de handicap.

Le Nouveau Printemps mène un projet pédagogique au long cours avec des collèges et lycées de l’Académie. Pendant plusieurs mois, les enseignant·e·s de spécialités d’arts plastiques d’une trentaine d’établissements scolaires vont explorer avec leurs étudiant·e·s les terrains de recherches proposés par Alain Guiraudie et ses artistes invité·e·s.
Parmi ces thématiques : les dispositifs de narration, l’archive, les formes de résistances ou encore les promesses de demain.

L’occasion pour les élèves de s’approprier ces questionnements en étant totalement libres dans l’exploration des pratiques artistiques.

Les œuvres conçues dans le cadre de ce projet feront l’objet d’une restitution collective et seront exposées le temps du festival. Le festival publiera une édition qui regroupera l’ensemble des productions des élèves, disponible gratuitement au point d’accueil du festival.

SARA SADIK ZEHEFOLOGY, 2023

Une vidéo entièrement filmée en vision thermique dans les vitrines du musée.

Zehefology suit les aventures d’un jeune homme lors de ses errances nocturnes dans un centre commercial abandonné. Au cours de ses voyages, il se rêve en héros de contes imaginaires. Zehefology raconte l’un d’eux, l’histoire des Zehefs, un groupe d’hommes ayant développé un nouveau type de cellules les protégeant de leurs douleurs quotidiennes. Zehefology nous transporte à l’intérieur de l’esprit du narrateur à travers sa voix-off, ainsi qu’au cœur de ses émotions et sensations intérieures en étant entièrement filmé en vision thermique. Née en 1994 à Bordeaux, Sara Sadik vit et travaille à Marseille. À mi-chemin entre fiction et documentaire, son travail de vidéo et de performance met en scène des récits initiatiques de personnages mis à l’épreuve en quête d’atteindre une transformation physique et mentale. La recherche et l’univers de Sara Sadik sont ancrés dans des références allant du jeu vidéo au rap français, des mangas au réseaux-sociaux. Sara Sadik travaille en réalité augmentée ; elle façonne et documente des mondes dans lesquels les motifs fantastiques ou futuristes offrent d’autres façons de se connaître et de se reconnaître. Son travail a été notamment été présenté à Luma Arles (2023), à la Villa Medici (2023), au Singapore Art Museum (2023), au Jameel Arts Centre (2023), à la Biennale de Lyon (2022), à Gladstone (2022); au MACRO Museum (2021), au Munchmuseet, Oslo (2021) ainsi qu’à Manifesta 13 (2020). Avec le soutien du musée des Augustins, musée d’art de Toulouse, mairie de Toulouse.