Skip to main content

TOULOUSE : June BALTHAZARD et Pierre PAUZE, un récit entr…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
10 Mai 2024

Partager :

TOULOUSE : June BALTHAZARD et Pierre PAUZE, un récit entre réel et science-fiction

Pour sa seconde édition, le Nouveau Printemps fidèle à ses valeurs d’accès à la culture, de cohésion sociale et d’inclusion, s’associe à de nombreux établissements scolaires et acteurs sociaux.

Au-delà d’un programme gratuit de visites guidées et d’ateliers jeune public, mais également d’un accès gratuit à l’ensemble des expositions et des médiations nombreuses pour les groupes scolaires et le champ social, le festival s’engage dans une démarche proactive et rend ses propositions accessibles à toutes et tous, à travers des projets participatifs avec des établissements scolaires et d’enseignement supérieur et des associations, ainsi que des propositions nombreuses et inclusives en direction des publics en situation de handicap.

Le Nouveau Printemps mène un projet pédagogique au long cours avec des collèges et lycées de l’Académie. Pendant plusieurs mois, les enseignant·e·s de spécialités d’arts plastiques d’une trentaine d’établissements scolaires vont explorer avec leurs étudiant·e·s les terrains de recherches proposés par Alain Guiraudie et ses artistes invité·e·s.
Parmi ces thématiques : les dispositifs de narration, l’archive, les formes de résistances ou encore les promesses de demain.

L’occasion pour les élèves de s’approprier ces questionnements en étant totalement libres dans l’exploration des pratiques artistiques.

Les œuvres conçues dans le cadre de ce projet feront l’objet d’une restitution collective et seront exposées le temps du festival. Le festival publiera une édition qui regroupera l’ensemble des productions des élèves, disponible gratuitement au point d’accueil du festival.

June Balthazard ET Pierre Pauze MASS

Production

À travers un ensemble de sculptures et de trois vidéos, dont une inédite créée à l’occasion du festival, June Balthazard et Pierre Pauze tissent un récit entre le réel et la science-fiction, dans lequel un phénomène naturel énigmatique a plongé l’humanité dans une nuit sans fin. Le récit s’articule autour d’une substance légendaire, appelée Æther, qui a servi de toile de fond à de nombreux mythes de création avant de trouver un écho dans les récentes découvertes de la physique quantique. Cette matière primordiale y est décrite comme le tissu de l’univers, qui imprègnerait et unifierait toute chose. Elle donne l’image d’un monde auto-organisé, d’un cosmos.

Dans un contexte de méta-bouleversement écologique, trois personnes partent à la recherche de ce signal : une physicienne du laboratoire du CERN, un ermite retiré dans une forêt du Morvan et un alchimiste vivant dans un château templier. Mass se penche sur ce qui fait tenir le monde ensemble. Avec le soutien de la Fondation des Artistes. Diplômés respectivement de la HEAD et des Beaux Arts de Paris, June Balthazard (1991) et Pierre Pauze (1990) se sont rencontrés au Fresnoy – Studio National des Arts Contemporains. Leur travail commun questionne les modalités de cohabitation entre les hommes et le reste du vivant, largement reconfigurées par la crise écologique. Ils explorent des mondes symboliques, fictifs et réels, mettant en scène des personnages dans leur propre rôle au sein d’un récit d’anticipation.

Puisant dans les sources anciennes comme dans les découvertes scientifiques les plus actuelles, il superpose les discours de la technoscience, des traditions spirituelles et des néo-croyances, créant de nouveaux récits qui éclairent notre rapport au vivant. Leur installation Mass est montrée en première mondiale à la Biennale de Taipei 2020, sous le commissariat de Bruno Latour et de Martin Guinard Terrin.