Skip to main content

TOULOUSE : Faire entendre des voix du passé dans toute le…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
11 Mai 2024

Partager :

TOULOUSE : Faire entendre des voix du passé dans toute leur contemporanéité

Pour sa seconde édition, le Nouveau Printemps fidèle à ses valeurs d’accès à la culture, de cohésion sociale et d’inclusion, s’associe à de nombreux établissements scolaires et acteurs sociaux.

Au-delà d’un programme gratuit de visites guidées et d’ateliers jeune public, mais également d’un accès gratuit à l’ensemble des expositions et des médiations nombreuses pour les groupes scolaires et le champ social, le festival s’engage dans une démarche proactive et rend ses propositions accessibles à toutes et tous, à travers des projets participatifs avec des établissements scolaires et d’enseignement supérieur et des associations, ainsi que des propositions nombreuses et inclusives en direction des publics en situation de handicap.

Le Nouveau Printemps mène un projet pédagogique au long cours avec des collèges et lycées de l’Académie. Pendant plusieurs mois, les enseignant·e·s de spécialités d’arts plastiques d’une trentaine d’établissements scolaires vont explorer avec leurs étudiant·e·s les terrains de recherches proposés par Alain Guiraudie et ses artistes invité·e·s.
Parmi ces thématiques : les dispositifs de narration, l’archive, les formes de résistances ou encore les promesses de demain.

L’occasion pour les élèves de s’approprier ces questionnements en étant totalement libres dans l’exploration des pratiques artistiques.

Les œuvres conçues dans le cadre de ce projet feront l’objet d’une restitution collective et seront exposées le temps du festival. Le festival publiera une édition qui regroupera l’ensemble des productions des élèves, disponible gratuitement au point d’accueil du festival.

Karelle Ménine

Coram PopulO

En présence du peuple – Production

Faire entendre des voix du passé dans toute leur contemporanéité.

Fascinée par les archives, l’autrice et artiste franco-suisse Karelle Ménine s’est plongée dans le fonds judiciaire des Capitouls composé de centaines de milliers de sacs à procès, de petits sacs en toile, contenant des milliers de voix. Celle du peuple. Elle y a trouvé des « placards », ces accusations anonymes sur affichettes papier placardées dans la rue ou sur les portes des personnes visées. Une parole populaire séculaire, accusatrice, parfois grossière ou menaçante, très proche de ce que l’on peut lire chaque jour sur les réseaux sociaux. Elle imagine alors un projet en deux volets : une exposition permettant de découvrir ces archives, bien commun auquel nous avons rarement accès. Et dans l’espace public, des placards contemporains réalisés avec des lycéen·ne·s, des étudiant·e·s et une association travaillant avec des habitant·e·s issu·e·s de quartiers populaires toulousains issus·e·s de la migration. Une réflexion collective sur la dénonciation anonyme et sur ce que l’histoire nous enseigne de ce que nous sommes.

Projet soutenu par Occitanie livre. Avec le Centre culturel suisse. On Tour à Toulouse. En partenariat avec le Palais de justice, l’Ordre des Avocats, les Archives départementales et municipales de Toulouse, l’Association AVEC, les étudiant·e·s de l’isdaT et de l’école Condé et les lycéen·nes du Lycée Saint-Sernin. Entre 2008 ‒ 2009, elle présente un Sujet à vif au Festival d’Avignon et collabore avec les chorégraphes Olivia Grandville, Daniel Larrieu, et Thierry Thieû Niang. En parallèle de son travail d’auteure, elle intervient dans l’espace public et développe notamment le projet La Phrase à Mons-Capitale européenne de la culture 2015 et Cadavres exquis, imaginé pour Le voyage à Nantes en 2019. En 2017 elle reçoit la Bourse auteure confirmée de la Ville et du Canton de Genève, et entre en résidence à L’L de Bruxelles. Son essai La Pensée, la Poésie et la Politique a été adapté à La Comédie Française en 2020, repris en 2023, et sera présent au Festival d’Avignon à l’été 24. Elle enseigne la sémiologie de l’image aux Arts appliqués de Genève. En 2023, elle a reçu le prix littéraire de la Fondation Pittard de l’Andelyn.