Skip to main content

TOULOUSE : Enfance en danger, comment agir ?

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
24 Nov 2023

Partager :

TOULOUSE : Enfance en danger, comment agir ?

À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre, zoom sur la CRIP (Cellule de Recueil, de traitement et d’évaluation des Informations Préoccupantes), un service départemental garant du traitement et de l’évaluation des informations préoccupantes relatives à un enfant en danger.

Comment définir un enfant en danger ? Selon la loi, il s’agit d’un mineur non émancipé dont la santé, la sécurité ou la moralité sont menacées ou dont les conditions d’éducation ou de développement physique, affectif, intellectuel et social sont gravement compromises. L’enfant en danger peut également être victime de maltraitances.

Le rôle de la CRIP (Cellule de Recueil, de traitement et d’évaluation des Informations Préoccupantes) est de recueillir toutes les informations préoccupantes réalisées par des professionnels ou des particuliers et d’y apporter une réponse dans un délai le plus court possible afin de protéger l’enfant dont la situation a été signalée.

« Notre cellule travaille en étroite collaboration avec les professionnels de la protection de l’enfance, les Maisons départementales des solidarités, l’Aide sociale à l’enfance (ASE), la Protection Maternelle et Infantile (PMI), mais aussi avec le parquet des mineurs, l’éducation nationale, les services hospitaliers et l’Unité Hospitalière de l’Enfance en Danger (UHED), pour protéger au mieux les enfants en danger », explique Corinne Thuriès, adjointe à la cheffe de service de la CRIP.

Suite à une information préoccupante, la CRIP réalise une analyse de la situation en fonction des éléments de danger, puis propose l’aide la plus adaptée pour préserver le bien-être et l’intégrité de l’enfant. Elle a pour objectif de garantir les droits des mineurs et des familles, mais aussi d’informer les professionnels qui travaillent avec des enfants.

Quels sont les critères pour évaluer une situation préoccupante ?

« Nous faisons du cas par cas, indique Corinne Thuriès, en nous appuyant sur quatre grandes familles de critères objectifs qui permettent à nos équipes d’évaluer une information préoccupante » :

  • Les indicateurs de danger : la sécurité de l’enfant, conditions d’éducation, de développement physique intellectuel affectif et social, moralité et sa santé.
  • Les indicateurs de violences : violence physique, psychologique, négligences lourdes, infractions sexuelles.
  • L’environnement familial.
  • Les compétences parentales.

« Nous avons reçu près de 2900 informations préoccupantes en 2022, un chiffre qui est en hausse », souligne Céline Carrette, cheffe du Service.

Informer les professionnels

Pour accompagner les professionnels qui travaillent autour de l’enfant, la CRIP rédige des documents relatifs aux informations préoccupantes à destination des personnels du Conseil départemental de la Haute-Garonne, notamment ceux des Maisons départementales des solidarités, et des maternités. Elle transmet également un mémo pratique aux professionnels qui travaillent avec les enfants afin de les informer sur les démarches à suivre en cas de situation d’enfant en danger. « Nous travaillons en étroite collaboration avec les MDS et le milieu scolaire. C’est primordial car leurs équipes sont au contact direct des familles », précise Corinne Thuriès.

La CRIP participe à l’Observatoire départemental de la protection de l’enfance (ODPE) et siège aussi à l’Observatoire national.

Comment signaler un enfant en danger ?

Tous les jours entre 8h30 et 17h :

Appeler le numéro vert du Conseil départemental : 0 800 31 08 08 (appel gratuit depuis un poste fixe).

En-dehors de ces horaires :

Appeler le 119, allo enfance en danger qui fonctionne 24h/24 et 7j/7.

SOURCE : Conseil départemental de la Haute-Garonne