Skip to main content

TOULOUSE : Ça bouge dans les Maisons des solidarités, les…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

TOULOUSE : Ça bouge dans les Maisons des solidarités, les territoires consultés

En juin, le Département donne le coup d’envoi d’ateliers participatifs pour construire collectivement les prochaines évolutions des Maisons des solidarités en Haute-Garonne.

Élus des territoires, professionnels de l’action sociale et habitants ont planché pour réfléchir à une nouvelle organisation au plus près des habitants et de leurs réalités quotidiennes. Reportage lors d’un de ces ateliers à Montaigut-sur-Save.
Sur les tables, des cartes colorées des cantons de Blagnac et de Léguevin, des tablettes et une consigne : s’écouter et travailler en collaboratif. En ce 6 juin, dans la salle des fêtes de Montaigut-sur-Save se presse une trentaine de participants. Élus, professionnels et habitants ont répondu présent pour réfléchir ensemble à la façon dont l’action sociale départementale de ce territoire aujourd’hui partagée entre la MDS de la Salvetat-Saint-Gilles et celle de Blagnac pourrait être organisée demain. Il s’agit là d’un des premiers ateliers organisés dans les territoires, dans le cadre du plan départemental d’implantation et d’adaptation des Maisons des solidarités (Pdiams). L’objectif ? Mettre en place une méthode d’adaptation des équipements à la réalité sociale. Il s’agit d’un effort continu de mise en adéquation avec les besoins de la population.
Améliorer les services de proximité

Cette concertation intervient après une première salve de réunions entre élus au printemps qui a permis de formuler différents scénarios. Arnaud Jeanne, directeur territorial des solidarités pour le Nord toulousain, explique : « La participation à cette concertation est essentielle. Aujourd’hui, le Département accompagne 37 000 ménages dans les MDS. Si notre territoire est attractif d’un point de vue démographique avec chaque année plus de 17 000 habitants supplémentaires, il n’échappe pas aux métamorphoses de notre société et au creusement des inégalités. Le nord du département est particulièrement concerné avec un fort accroissement démographique et donc des besoins sociaux. Cela nous impose donc de faire évoluer nos Maisons des solidarités en améliorant notamment les services sociaux et médico-sociaux de proximité. »

Des concertations jusqu’en octobre

Message reçu dans la salle, les groupes formés d’une dizaine de personnes commencent à réfléchir à la meilleure organisation possible. Les point forts et faibles du territoire, les infrastructures, l’adaptation des locaux, les besoins humains, les transports et la communication sont tour à tour évoqués. Parmi les pistes présentées, l’implantation d’une nouvelle MDS à Grenade. La proposition séduit Marie-Claude, 79 ans accompagnée de son mari Richard, qui habitent à Montaigut-sur-Save : « Aujourd’hui, je dépends de la MDS de la Salvetat-Saint-Gilles mais j’y vais peu car l’assistante sociale se déplace à mon domicile. J’ai été bien conseillée pour la prise en charge de mon petit fils qui est handicapé. Mais si c’était à Grenade, ce serait plus facile pour moi. Je vais en parler autour de moi. Quand on vieillit, c’est important d’avoir ces personnes à proximité et de ne pas dépendre forcément de nos enfants. »

À l’issue de la matinée, 120 contributions ont été produites et rendez-vous est pris, le 18 juin, pour un deuxième atelier toujours à Montaigut-sur-Save. À l’échelle du département, il est prévu que les concertations, seize en tout, se poursuivent jusqu’en octobre.

SOURCE : Conseil départemental de la Haute-Garonne.