Skip to main content

TOULON : Yann BIZIEN : « Emmanuel MACRON n’a aucune…

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
3 Jan 2024

Partager :

TOULON : Yann BIZIEN : « Emmanuel MACRON n’a aucune volonté réelle de décider et d’agir »

Emmanuel Macron nous a décrit sa France Potemkine et son « miracle économique » au soir du 31 janvier.

C’est-à-dire sa France « capable de financer son modèle social (*), de protéger les Français contre les crises ou l’inflation et d’investir ».

Je n’ai pas vu beaucoup de députés des oppositions capables de critiquer sérieusement et avec précision son bilan de l’année 2023. 

Car, la réalité économique et financière du pays est toute autre. De nombreux indicateurs confirment plutôt l’effondrement français.

Le déficit commercial, hors énergie, reste abyssal à plus de 140 Md€.  L’industrie plafonne toujours à 10% de la valeur nationale. 

La dette publique culmine au-dessus de 3050 Md€, soit 44 850 € par français, alors que le salaire annuel moyen plafonne à 39 300 €. Elle était de 20% du PIB en 1980. Elle est passée à 58% du PIB en 2000, puis 85% du PIB en 2010 et 111% en 2022. La charge de la dette française sera de 80 Md€ en 2027 quand Emmanuel Macron quittera définitivement le Palais de l’Elysée. 

L’absentéisme au travail a doublé en 10 ans. La durée effective du travail se situe à 1 664 heures par an en France quand elle est de 1 792 heures en moyenne dans l’Union européenne. La productivité française subit une chute plus marquée que partout ailleurs en Europe (- 4,61%). Le taux de chômage semble repartir à la hausse, et il n’est jamais descendu au-dessous de la barre des 7% des actifs. La croissance n’aura péniblement atteint que 0,8% en 2023. Les taux d’intérêts se sont envolés, passant de quasiment 0% à 4%. 

L’Etat prédateur prélève toujours plus d’impôts et dépense toujours plus. Les prélèvements obligatoires atteignent un niveau record à 48% du PIB. 

Le pouvoir d’achat des Français s’est effondré avec la crise de l’énergie, l’inflation associée à la guerre et l’explosion des prix dans les supermarchés. 

Le chef de l’Etat a endetté le pays à hauteur de 750 Md€ depuis sa première élection. Il dilapidé des fonds gigantesques qui auraient dû servir à la modernisation du pays. Avec son prétexte irresponsable du « quoiqu’il en coûte », il a ancré dans la conscience des français incultes la conviction suicidaire que l’argent public était illimité et gratuit. Et il a vendu notre souveraineté aux marchés, aux agences de notation et aux technocrates européens.

Ce président, sa Première ministre, ses ministres et les parlementaires de la majorité relative sont toujours réticents à nous dire le réel qu’ils préfèrent tous contourner, voire falsifier. 

La vérité est que la France d’Emmanuel Macron est devenue le maillon faible de l’UE, sans grands investissements d’avenir. Elle va tout droit vers un choc financier majeur. 

Il y a une tolérance inouïe à la supercherie et à la démagogie politique dans notre pays. Les français acceptent toujours plus l’impôt confiscatoire et punitif, sans se révolter contre cette classe politique qui a abandonné la France. Ils suivent bêtement le mouvement général d’une société qui a capitulé.

La capitulation est essentiellement une opération par laquelle on se met à commenter au lieu de décider et d’agir. Emmanuel Macron est « déterminé » à commenter. Il n’a aucune volonté réelle de décider et d’agir. 

Voilà ce qu’il fallait dire aux Français, le soir du réveillon, Mesdames et Messieurs les députés des oppositions. 

Yann BIZIEN.

(*) Toujours plus coûteux avec l’immigration.