Skip to main content

TOULON : Yann BIZIEN : « A quoi peut servir un président …

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
30 Déc 2023

Partager :

TOULON : Yann BIZIEN : « A quoi peut servir un président qui ne règle pas le problème français » ? 

Comment Emmanuel Macron pourrait-il redonner de l’espérance, de l’optimisme, de la fierté et le goût de l’avenir aux Français ?

Comment pourrait-il rebâtir l’unité d’un pays paupérisé, fracturé, envahi, ensauvagé et inflammable ?

Comment le peut-il quand la menace islamique est si grande à l’intérieur, et qu’elle ne cesse d’enfler ?

Comment pourrait-il nous redonner confiance après les émeutes de juin dernier, dont les causes ne sont toujours pas traitées, et les conséquences pas réparées ?

Comment peut-il nous rendre de la sérénité quand l’antisémitisme et la violence explosent ?

Comment pourrait-il nous redonner de l’aplomb quand la France, ruinée, brûle sans limite l’argent des contribuables dans la guerre ingagnable, coûteuse et meurtrière en Ukraine, cela sans perspectives de paix ?

Comment peut-il nous redonner envie et nous faire vibrer après tant d’humiliation de la France, en perte d’influence, notamment au Niger ?

Comment peut-il résister aux forces pro Hamas et pro Palestine qui se mobilisent massivement dans nos rues, avec leur drapeau ?

Comment peut-il « reciviliser » la France tiers mondisée et archipélisée ? 

Comment peut-il relancer son quinquennat après tous ses échecs, l’effondrement de notre pouvoir d’achat, et tous ces sujets de crispation ? 

Pourquoi considère-t-il toujours que l’unité de la nation serait menacée par des extrémistes quand elle l’est, en réalité, par des forces étrangères de l’intérieur ainsi que par l’immigration sauvage, barbare, invasive et de conquête ? 

Pourquoi son obsession de lutter contre l’inexorable ascension du Rassemblement national, plutôt que de combattre courageusement le mal français et d’en réduire les fractures pour réparer le pays ?

Pourquoi redoute-t-il autant la France silencieuse, qui lui préparerait un « mauvais coup » le 9 juin 2024, lors du prochain scrutin des européennes ? 

Pourquoi veut-il nous imposer de « faire nation » avec des gens qui ne partagent pas nos valeurs, qui ne respectent pas nos lois, nos forces de l’ordre, nos enseignants et nos Maires ? Son concept de nation multiculturelle consisterait-il à nous imposer l’abandon de notre identité ? Entend t-il imputer aux français le déficit d’appartenance à la nation, quand des centaines de milliers de jeunes ne sont pas du tout disposés à brandir le drapeau bleu, blanc, rouge de la Patrie et à s’assimiler ? Va-t-il aller jusqu’à nous reprocher de n’avoir plus aucun sentiment d’appartenance à la France quand, pourtant, nous l’aimons toujours très fort ? 

Doit-il uniquement nous parler de ce qui pourrait nous unir, plutôt que de régler franchement les problèmes qui nous séparent ? 

Autrement dit, entend t-il exiger des français autochtones qu’ils se soumettent aux étrangers qui viennent imposer leurs codes religieux et leur culture islamique, chez nous ? Veut-il nous imposer « un vivre ensemble inclusif » insupportable, violent et toujours plus humiliant pour nous ? 

Que fera t-il d’un nouveau remaniement ministériel ? Quel cap et quel élan peut-il redonner à la France perdue et égarée ? Comment peut-il débloquer le pays, avec une majorité seulement relative ? Pourquoi ne décide t-il pas une dissolution pour rendre la parole au peuple et pour déverrouiller la démocratie ? Pourquoi ne décide t-il pas ce qu’il faut pour le pays, quand il doit faire face aux épreuves du pouvoir ? 

Pourquoi tous ses mensonges aux français qui ont parfaitement compris sa supercherie ? Pourquoi leur reproche t-il ce dont il est personnellement coupable en tant que chef de l’Etat et décideur ? 

Pourquoi les français pourraient-ils encore le croire, quand il leur avait promis une initiative politique d’ampleur après les émeutes, que personne n’a vue ? 

Je n’ai rien contre les étrangers, rien contre les chinois, les indiens, les japonais, les russes. Mais nous avons un problème sérieux, permanent et grave avec l’islam politique qu’Emmanuel Macron ne veut pas traiter faute de courage. Qui a encore envie de « vivre ensemble » avec un islam rigoureux et conquérant qui exerce une pression constante sur toute notre société ? 

Gagner du temps et tromper le peuple, sans jamais rien décider : voilà pourquoi le président brouille toujours les pistes, nourrit les clivages entre progressistes et conservateurs, entre mondialistes et patriotes, et cherche des boucs émissaires ailleurs que là où ils sont vraiment, c’est-à-dire dans des centaines d’enclaves déjà séparées de la France.

Yann BIZIEN.