Skip to main content

TOULON : Une lente glissade de l’Union Européenne v…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
10 Mar 2024

Partager :

TOULON : Une lente glissade de l’Union Européenne vers la dictature ?

L’Europe glisserait petit à petit vers plus de dictature, la volonté des peuples étant bafouée et même piétinée par les instances non-élues de l’Union européenne sous contrôle d’Ursula Von der Leyen.

Depuis le non des Français, lors du référendum de 2005, l’Union européenne serait-elle en train de réaliser un véritable coup d’État ? En glissant vers un fonctionnement sous forme d’un État européen, les nations actuelles deviendraient de simples régions ou provinces. Finis les États souverains !

Cette évolution, perçue par certains comme une usurpation, est de plus en plus discutée et obtient, bien évidemment, le soutien de l’ensemble de la Macronie. Le but est une intégration européenne encore plus poussée. Toujours plus d’Europe et, si vous n’en voulez pas, on ne vous demandera pas votre avis.

Serait-ce exagéré de parler de coup d’État ? Pas sûr ! Car, depuis de nombreuses années, nous vivons un coup d’état permanent et ce phénomène s’est largement accéléré depuis la crise sanitaire. Parmi les changements majeurs qui pourraient survenir, on note la modification du processus décisionnel au sein de l’UE, passant d’un système de vote à l’unanimité pour les questions importantes à un système de vote à la majorité simple ou qualifiée. Cette évolution marquerait un changement significatif de l’Accord de Luxembourg de 1966, instauré par le général de Gaulle, qui privilégie le consensus entre les États membres sur les sujets majeurs.

L’UE envisagerait également la création d’une Union de la défense dotée de capacités militaires sous commandement opérationnel européen, incluant la possibilité d’acquérir des armements au nom de l’UE et la formation d’une armée européenne. Cette initiative suscite des interrogations sur l’avenir de l’arme nucléaire française et la position de la France au Conseil de sécurité de l’ONU qui pourrait être affectée par ces changements. Emmanuel Macron serait-il en train de vendre le dernier actif de valeur en sa possession ? C’est-à-dire son armée ? Certains se posent déjà la question.

Cette Europe de la Défense irait de pair avec la mise en place d’un mécanisme de défense collective, traitant une attaque contre un État membre comme une attaque contre tous et l’autorisation pour l’UE d’utiliser des moyens civils et militaires contre les campagnes d’information des médias libres. Ces développements indiqueraient que l’on se dirigerait vers toujours plus de centralisation du pouvoir au sein de l’exécutif européen, avec des implications potentielles pour la liberté d’expression et la souveraineté nationale.

Il faut désormais une réaction des peuples européens. Car à force d’accepter ce genre de projet sans référendum, on glissera vers une dictature de plus en plus dure avec de sérieux risques pour les libertés publiques.

Robert de la DIGUE.