Skip to main content

TOULON : La plus belle crèche du monde est à La Garde-Fre…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
3 Déc 2023

Partager :

TOULON : La plus belle crèche du monde est à La Garde-Freinet

Bravo à Maxime Cadou et ses 25 bénévoles qui, pendant un mois, ont créé une crèche de toute beauté sur les deux niveaux de la Chapelle Saint-Jean à La Garde-Freinet !

100 mètres carrés, 5000 moutons, 6000 santons, du liège et de la mousse provenant de la forêt, une cascade, des crocus, des citronniers avec leurs citrons, des vignes, du blé, toute la Provence est représentée sur deux étages, même les tortues Hermann et une couleuvre de Montpellier ont eu droit à leurs figurines. C’est la merveilleuse crèche de la Garde-Freinet, créée par Maxime Codou, assisté de son ami Benjamin, et aidé par 25 bénévoles pendant un mois. Elle sera en place jusqu’au 5 février à la Chapelle Saint-Jean au cœur du village. Cette maison est mythique, auparavant, elle appartenait à Lady Jane une aristocrate anglaise, trop vivante pour sa famille qui lui offrit cette demeure afin qu’elle et ses obsessions de fêtes et de rigolades puissent y habiter en toute liberté. Les Rollins stones y venaient régulièrement. D’ailleurs, leur chanson Lady Jane lui a été dédiée, très chic !

Dorénavant, la Chapelle Sainte-Jean a été rachetée par la mairie et abrite de nombreuses expositions.

Pour en revenir à la crèche, l’entrée est libre, on laisse juste quelques sous dans une boîte en bas des escaliers, et surtout on achète un paquet de délicieuses oreillettes faites par la maman de Benjamin. Enfant, avec la mienne de maman, je faisais la collection de santons, on les achetait sur le rocher de Monaco et dans les Baux-de-Provence. J’en avais une centaine, j’adorais. Dommage, je ne sais plus où ils sont. De ces souvenirs de Noëls provençaux, je garde la tradition de faire tous les ans des oreillettes que, pour ma part, j’appelle merveilles, j’aime ces mots, merveille, merveilleux, merveilleuse, ils sont doux à envoyer dans l’univers, je vous donne la recette de mes merveilles :

Dans un saladier, mélangez 500 grammes de farine, 1 cuillère à café de sel, 50 grammes de sucre en poudre, 1 cuillère à soupe d’eau de fleurs d’oranger, 1 zeste de citron, 4 œufs et 50 grammes de beurre. Vous malaxez bien le tout du bout des doigts, la pâte ne doit pas coller, ni être trop dure, sinon vous ajoutez un peu de farine ou un peu d’huile. Formez une boule et laissez reposer deux heures.

Faites ensuite des petites boules qui tiennent dans votre main et aplatissez-les sur votre plan de travail jusqu’à ce que la pâte soit suffisamment fine, mais qu’elle ne se déchire pas. À l’aide d’une roulette de pâtisserie, vous savez celle qui fait des jolis bords dentelés, découpés des rectangles de 5 centimètres sur 10. Faites chauffer de l’huile à 170° dans une friteuse ou une poêle et plongez vos beignets 3 par 3 dedans. Attention, ils cuisent très vite. Sortez-les dès qu’ils sont dorés et posez-les sur du papier absorbant. Placez-les ensuite sur un plat et saupoudrez-les de sucre glace. Un régal qui rappelle l’enfance !

Noël est aussi la période des pardons. Pardonnez et surtout faites comme moi, oubliez le mal qu’on vous a fait, c’est le meilleur des médicaments.

Sylvie Bourgeois Harel

REGARDER LA VIDÉO

Marcelline l’aubergine une chaîne YouTube de Sylvie Bourgeois