Skip to main content

TOULON : Édito. La guerre en Ukraine est-elle déjà termin…

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
29 Mar 2024

Partager :

TOULON : Édito. La guerre en Ukraine est-elle déjà terminée ?

Attendez-vous à savoir, à la manière de Geneviève Tabouis.

Souvent critiquée pour ses positions bellicistes sur la Russie et ses actions en Ukraine, Victoria Nuland va quitter son poste a annoncé le département d’État américain.

Diplomate de carrière, ayant servi comme secrétaire d’État adjointe pour l’Europe, sous Obama, elle est revenue au pouvoir comme sous-secrétaire d’État aux affaires politiques sous le Gouvernement de Biden. Ayant servi à l’ambassade des États-Unis à Moscou dans les années 1990, elle était présente lors de la tentative de coup d’État contre Boris Eltsine. Avant cela, elle avait été ambassadrice auprès de l’OTAN et porte-parole du département d’État sous Hillary Clinton.

Le 11 décembre 2013, en tant que secrétaire d’État-adjointe américaine, elle est arrivée au cœur du mouvement de Maïdan pour offrir des collations aux manifestants opposés à Lanoukovitch.

Bien que l’objectif officiel ait été le rapprochement de l’Ukraine avec l’Union européenne, l’intention réelle des États-Unis était de provoquer une réaction belliqueuse. Les médias russes ont qualifié cette action de « distribution de friandises du département d’État américain ».

D’où une question légitime : Si un secrétaire d’État russe distribuait des sandwichs aux manifestants français sur les ronds-points occupés par les Gilets Jaunes, qu’en penserait le Gouvernement de Gabriel Attal ?

En réalité, Victoria Nuland est un pur produit du deep-state américain, infiltré en Ukraine pour déstabiliser et faire bouger les pions dans cette région au bon vouloir de la CIA.

Après l’annexion de la Crimée en 2014, elle a défendu ardemment l’Ukraine, ce qui prévenait des troubles que nous vivons actuellement.

On peut la considérer comme l’architecte suprême de la guerre en Ukraine, du moins pour les personnes sur place. Elle avait déclaré, comme l’actuel président Biden, que NordStream 2 serait détruit en cas d’intervention russe en Ukraine.

Toute sa carrière au Département d’État américain est imprégnée du sang de millions d’Ukrainiens et de Russes et ce n’est aucunement une hyperbole.

Nuland sera remplacée, temporairement, par John Bass, un diplomate de carrière qui a été ambassadeur en Afghanistan et qui est secrétaire d’État-adjoint à la gestion.

Sa démission est une indication assez claire.

D’une part, le retour de Trump au pouvoir est de plus en plus probable.

D’autre part, la guerre par procuration américaine en Ukraine est officiellement perdue et est pratiquement terminée.

Robert de la DIGUE (PRESSE AGENCE – LA GAZETTE DU VAR).