Skip to main content

SINGAPOUR : Zurich et Singapour, villes les plus chères a…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
1 Déc 2023

Partager :

SINGAPOUR : Zurich et Singapour, villes les plus chères au monde en 2023

Le rapport Worldwide Cost of Living établi par The Economist a fait le classement des villes les plus chères au monde. On compte deux villes suisses dans le top 10, 3 villes américaines et Paris…

Zurich et Singapour ont été classées comme les villes les plus chères au monde en 2023 par le rapport Worldwide Cost of Living de The Economist.

Singapour est depuis 6 ans la villes la plus chère au monde alors que Zurich est passé de la 6ème à la première place à égalité avec Singapour cette année.
Zurich a remplacé New York qui n’est plus qu’en 3ème position avec Genève. La hausse de Zurich la force du franc suisse avec des prix particulièrement élevés pour les produits d’épicerie, des articles ménagers et des loisirs. Singapour, quant à elle, est particulièrement chère pour les transports et les vêtements.

Il est intéressant de noter que même si l’on compte 3 villes américaines dans le classement (New York, Los Angeles et San Francisco), les villes américaines dans leur ensemble ont vu leurs prix baisser.

L’Europe intègre 4 villes dans le classement dont les deux villes suisses déjà citées, Paris à la 7ème place et Copenhague à la 8ème place. Tel Aviv la seule ville israélienne du classe se position à la 7ème place mais cela devrait fortement évoluer dans les prochains mois selon The Economist l’étude ayant été faite avant la guerre. « La guerre du Hamas a affecté les taux de change en Israël et pourrait avoir rendu plus difficile l’approvisionnement de certains produits à Tel Aviv, affectant ainsi les prix » note The Economist.

Les villes russes de Moscou et Saint Pétersbourg ont vu leur classement chuter artificiellement du fait de la chute du cours du Rouble de même que les villes chinoises dont la reprise a été lente par le Covid comme Nanjing,Wuxi, Pékin, Dalian ou Tokyo et Osaka au Japon. Globalement les prix ont augmenté de 7,4% dans les villes du monde mais cette tendance à la hausse s’affaiblit. L’an dernier la hausse des prix avait atteint 8,1%. Sans surprise ce sont les prix des fournisseurs d’énergie, d’eau qui ont le plus augmenté.
« Les chocs du côté de l’offre qui ont entraîné des hausses de prix en 2021-2022 se sont atténués depuis que la Chine a levé ses restrictions liées au Covid-19 fin 2022, tandis que la flambée des prix de l’énergie observée après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022 s’est également atténuée. Toutefois, la crise du coût de la vie est à peine terminée et les niveaux de prix restent bien supérieurs aux tendances historiques » a déclaré Upasana Dutt, directrice monde de l’étude à The Economist Intelligence Unit.

Au contrainte les villes les moins chères au monde sont Dammas, Téhéran, Tripoli, Karachi, Tashkent, Tunis, Lusaka, Ahmedabad, Lagos, Chennai et Buenos Aires du fait de la dévaluation du Peso. L’inflation dans le pays a dépassé 140% annuellement ce qui a conduit à l’élection d’un nouveau président Javier Milei. Malgré cette très mauvaise performance économique de l’Argentine, ce n’est rien en comparaison du Vénézuela où l’inflation a atteint 450% il est vrai bien moindre qu’en 2019 où elle atteignait 25000%.

Parmi les 10 villes qui ont grimpé dans le classement on peut citer Santiago de Queretaro et Aguascalientes au Mexique du fait de la hausse du cours du Peso et San José au Costa Rica ainsi que Berlin et Stuttgart en Allemagne, Lyon en France et Manchester au Royaume-Uni.

Pour l’avenir il n’est pas sûr que les prix se stabilisent alors que le monde fait face à deux guerres d’importances en Ukraine et au Moyen-Orient. L’OPEP doit décider ce jour d’une baisse éventuelle de sa production de pétrole.

L’ensemble de cette étude est à pendre avec des pincettes car le coût de la vie reflétée dépend beaucoup des taux de change et pas vraiment le niveau de vie des habitants du pays. Ainsi si l’on prend l’exemple de Buenos Aires elle est classée comme ville peu chère pour les étrangers mais avec un taux d’inflation de 140% il ne fait pas vraiment bon y vivre lorsque l’on est argentin. Espérons que l’arrivée de Javier Milei va changer la donne en Argentine et permettre au pays de repartir sur le chemin de la croissance et de la richesse pour ses habitants.

https://www.eiu.com

SOURCE : bounce@businesstravel.fr