Skip to main content

SAINT ETIENNE : Au Musée d’Art, « La Mécanique de l…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
23 Nov 2023

Partager :

SAINT ETIENNE : Au Musée d’Art, « La Mécanique de l’Art »

Le temps d’une journée, le musée d’Art et d’industrie nous a invité à découvrir Saint Etienne, à travers sa nouvelle exposition permanente « La Mécanique de l’Art ».

Un musée aux racines du design, rénové par J-M Wilmotte et labellisé Musée de France, il possède trois collections techniques d’envergure nationale et internationale : armes, cycles et rubans. Ces collections sont le lien incontournable entre passé, présent et futur de la région stéphanoise.

Le musée, sur plus de 900 m2, remet l’art au centre de sa muséographie, une scénographie renouvelée, ludique et pédagogique où l’on peut voir, entendre, toucher, actionner. Une expérience de visite pour tout public

La mécanique de l’art affirme la place du musée comme modèle esthétique pour les productions stéphanoises de rubans, d’armes et de cycles au19 ème siècle. Elle met en lumière la transversalité des savoir-faire des industries stéphanoises. Un échange retrouvé entre « Art et Industrie »

Le parcours met en scène des œuvres d’arts décoratifs et des objets industriels restaurés et revalorisés à travers deux thématiques majeures : l’Orient et la fleur. Des objets inédits, certaines pièces n’ont pas été présentées au public depuis 1947

Des rubans, des armes et des vélosLà tout de suite, on ne voit pas le rapport. Après un petit tour dans le musée, nous comprenons. Le « design » est partout c’est l’ADN de cette ville industrielle.

Depuis toujours, Saint-Étienne invente des armes à feu, mais aussi des métiers à tisser, du textile et des vélos.

Rubans. Croisements textiles, ponctuations artistiques.

Une immersion dans l’écosystème de la Fabrique stéphanoise du ruban nous est proposée. Art et industrie se mêlent pour montrer les usages du ruban, l’écosystème de sa fabrication hier comme aujourd’hui, puis la fabrication elle-même avec les matériaux et métiers à tisser en fonctionnement.

Le musée d’Art et d’Industrie a invité les artistes du territoire qui utilisent le fil comme matériau de création. Avec pour résultat, une ponctuation d’œuvres aux univers formels et stylistiques différents pour illustrer la vitalité et la diversité de la création textile.

À l’occasion de l’ouverture de « La mécanique de l’art » le musée propose, à travers une exposition flash, de découvrir l’histoire de la Maison Neyret, à ne pas rater ! La maison Neyret, c’est parler de rubans, de rubaniers, de passementiers. L’histoire d’une des maisons majeures de l’écosystème de la Fabrique stéphanoise depuis 200 ans.

Armes. Les salles d’exposition retracent l’histoire de la production des armes du Moyen-Age au XXIe siècle, cet ensemble, de 2800 armes et armures, est le reflet direct de la production artisanale et manufacturière stéphanoise. La présentation rend hommage à la créativité, artisanale et industrielle. Aussi met-elle en évidence les relations entre la Manufacture nationale, les manufactures privées et l’artisanat, ainsi que la transmission des savoir-faire entre armes réglementaires et armes civiles.

Cycles. C’est à Saint Etienne, capitale française du cycle, qu’aurait été fabriquée, en 1886, la première bicyclette française. L’essor de cette industrie, lié à une tradition métallurgique ancienne, doit beaucoup à l’armurier Etienne Mimard, qui a fondé la société « Hirondelle », puis créé la Manufacture Française d’Armes et Cycles, qui est devenue Manufrance, en mettant à profit la similitude des procédés de fabrication entre canons de fusils et cadres de bicyclettes.La tête dans le guidon et trois collections plus tard, nous sommes incollables sur « Sainté » comme ils disent. Le lien entre son passé industriel et ses ambitions pour demain n’ont plus de secret pour nous.

De notre envoyé spécial à Saint-Etienne, Bernard BERTUCCO VAN DAMME (Presse Agence Côte d’Azur – La Gazette du Var).