Skip to main content

RAMATUELLE : Après le scandale des farines animales, des …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
10 Déc 2023

Partager :

RAMATUELLE : Après le scandale des farines animales, des vers de farine autorisés dans l’alimentation humaine

Depuis le 4 mai, la Commission européenne a autorisé la consommation humaine de vers de farine.

Pourquoi pas, me direz-vous, de nombreux pays, notamment l’Asie, l’Amérique latine et l’Afrique, consomment depuis longtemps des insectes, comme de notre côté, en France, nous consommons des cuisses de grenouilles ou des escargots (euh… pas moi…). Cela fait partie de leur culture gastronomique. Ils ont leur façon de les préparer, de les cuisiner, de les déguster.

Ce qui se met en place en Europe est tout à fait différent puisque c’est l’industrie qui s’en mêle et qui dit industrie en matière d’alimentation dit danger. On connaît tous les dégâts de l’industrialisation dans l’agriculture qui a asséché dans le monde entier nos nappes phréatiques et pollué nos sols. Qui dit industrialisation dit également financier, les financiers étant, au nom de la rentabilité (on devrait plutôt dire au nom de leur propre rentabilité), les plus grands prédateurs de la planète. En effet, lorsqu’un financier achète un champ de patates, il ne veut pas faire de patates, mais du profit. Il commencera donc par acheter les champs d’à côté pour faire des linéaires de patates qu’il va bourrer de pesticides, et fini nos bonnes patates bien saines pour la santé.

On se souvient tous du scandale de la vache folle à cause des farines animales données aux animaux. Même si cette nourriture était riche en protéines animales, on pouvait la considérer comme une forme de cannibalisme puisque cette farine provenait de la transformation par incinération de certaines parties (poils, sang, pieds, gras, tendons, cerveau, moelle épinière, animaux morts avant l’abattoir… ) de cadavres de bovins, de porcs ou de volailles. Tout cela a été interdit en Europe qui, depuis, a autorisé les PAT qui sont des farines fabriquées à partir d’animaux « normalement » sains (seuls des contrôles réguliers peuvent le vérifier…) destinés à l’alimentation humaine pour, dans un premier temps, les porcs, les volailles et les cultures aquacoles, des animaux qui ne sont pas susceptibles d’être contaminés par les maladies à prion comme c’est le cas pour les ruminants (bovins, ovins, caprins… ). Pour éviter le cannibalisme, les PAT de porcs ne pourront pas être distribués aux porcs et les PAT de volailles aux volailles. Dans un premier temps, la France a émis quelques frilosités sur le sujet, frilosités qui ont vite été dissipées par l’avis favorable de l’ANSE

Tout cela pourrait être très bien dans un tableau Excel que les employés des diverses administrations et commissions, et quel que soit leur grade dans la hiérarchie, adorent, mais sur le terrain, la réalité est toute autre puisqu’il faut compter avec les dangereux accords du CETA qui ont été ratifiés le 23 juin 2019 par l’Assemblée Nationale. Ceux-ci permettent le libre-échange avec le Canada qui a le droit de continuer de nous envahir avec des pesticides et des antibiotiques activateurs de croissance interdits en Europe et également avec leurs farines animales. Non seulement, les accords du CETA menacent les normes européennes d’un nivellement par le bas, mais ceux-ci sont plus forts que nos lois censées protéger la santé des Français, puisque les viandes canadiennes que l’on trouve dans nos supermarchés peuvent être nourris avec des sous-produits provenant de ruminant, tels que le sang, la gélatine et des graisses animales de toutes les espèces.

Alors aujourd’hui, toujours sous le leitmotiv que nous sommes très nombreux, la fabrication de farines d’insectes est devenue un marché très lucratif avec l’accélération des projets industriels sur ce secteur de l’apport en protéines animales avec toutefois, et tous s’accordent à le dire, mais à ne pas en tenir compte, un manque de connaissances sur les risques sanitaires et allergiques.

Pour toutes ces raisons qui méritent une longue réflexion, afin de nous mettre du baume au cœur, je vous envoie aujourd’hui l’interview de mon ami Henri de Pazzis, faite par ma petite Marcelline. Ce cher Henri qui fait dans sa boulangerie Terre de blé de Saint-Rémy-de-Provence du pain à base de levain naturel et de farines qu’il moud lui-même à partir d’un blé ancien dont les souches ont plus de 400 ans et n’ont jamais été modifiées, qu’il cultive sur ses magnifiques terres en face des Alpilles.

Pour rester positive et continuer d’envoyer des bonnes ondes et des bonnes énergies dans l’univers, j’aime à répéter que toutes les sociétés ont toujours été sauvées, in-extrémis, par des résistants, Henri fait partie de ceux-là. Libre à vous d’en faire partie aussi ou au moins d’avoir la curiosité de vous informer et la générosité de les soutenir.

Vive l’authenticité, vive la santé, vive le merveilleux, vive la vie !

Sylvie

REGARDER LA VIDÉO

Marcelline l’aubergine une chaîne YouTube de Sylvie Bourgeois