Skip to main content

PEYPIN : Marcel PAGNOL, sa vie, son oeuvre

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PEYPIN : Marcel PAGNOL, sa vie, son oeuvre

VINCI Autoroutes a inauguré ce jeudi 16 mai, sur l’aire nouvellement nommée « Marcel Pagnol », située sur l’autoroute A52 à proximité d’Aubagne, sur la commune de Peypin, un parcours immersif dédié à Marcel Pagnol, à l’occasion de la commémoration du cinquantenaire de la mort de l’emblématique écrivain provençal.

Cette installation scénographique, déployée sur l’ensemble de l’aire, constituera désormais une halte littéraire incontournable pour les usagers de l’A52, leur offrant de découvrir les mille et unes facettes de la vie et de l’œuvre de cet artiste protéiforme, traversant littérature, cinéma et même science.

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence de Nicolas Pagnol, petit-fils du célèbre auteur et Président du Fonds de dotation Marcel Pagnol, de Serge Perottino, Conseiller régional Provence-Alpes-Côte d’Azur représentant Renaud Muselier, de Marie-Pierre Callet, Vice-Présidente du département des Bouches-du-Rhône représentant Mme Martine VASSAL, de Cécile Resch, première adjointe au Maire de Peypin, de Pierre Coppey, Président de VINCI Autoroutes, de Thierry Forien, Directeur général adjoint de E.Leclerc en charge de la stratégie et de Clémence Fischer, Directrice générale d’Engie Vianeo.

L’emblématique auteur provençal est ainsi mis à l’honneur par VINCI Autoroutes sur une « aire littéraire » rebaptisée à son nom, à l’occasion du cinquantenaire de sa mort.

BIOGRAPHIE DE MARCEL PAGNOL

Enfance et jeunesse

Né le 28 février à Aubagne, Marcel Pagnol est le fils de Joseph Pagnol, instituteur laïc et républicain, et d’Augustine Lansot, couturière. Il est le frère ainé de Paul (1898), Germaine (1902) et René (1909). La famille emménage à Marseille en 1900. A partir de 1904, son père loue une villa dans les collines où les Pagnol passeront toutes leurs vacances, et dont le jeune Marcel tombe amoureux. Cette période de sa vie servira de trame aux deux premiers tomes de ses Souvenirs d’enfance. En 1905, il entre au Lycée Thiers. L’année suivante, à 15 ans, il perd sa mère Augustine, dont il était très proche. Son père se remarie en 1912 mais Marcel ne l’accepte pas et se brouille avec lui. Après un baccalauréat de philosophie, il entreprend des études de lettres à l’université d’Aix en Provence. Il fonde à cette époque, avec sa bande d’amis, la revue Fortunio, dans laquelle il publie quelques poèmes et un premier roman. Mobilisé en 1914, il sera réformé en 1915. En 1916, il épouse Simone Collin et obtient sa licence de lettres et littératures vivantes. Marcel Pagnol enseigne l’anglais dans sa région natale jusqu’en 1922, année au cours de laquelle il écrit deux drames en vers. En 1918, son ami « Lili des Bellons » meurt au front.

Ses débuts à Paris

 Il est ensuite nommé professeur adjoint au lycée Condorcet à Paris. Grâce à son ami d’enfance Paul Nivoix, il pénètre le milieu des jeunes écrivains et auteurs de théâtre parisiens. Avec Nivoix, il signe un vaudeville, Tonton, qui à son grand étonnement remporte un petit succès. Encouragé par cette première réussite, il poursuit avec Les Marchands de Gloire en 1925, qui sera boudée par le public, tout comme Jazz, un an plus tard. Cependant, le succès sera au rendez-vous avec Topaze, en 1928, et plus encore avec Marius, en 1929, avec Raimu dans le rôle de César. C’est un triomphe pour ces deux Marseillais exilés, qui se lient d’une amitié aussi orageuse que tenace. En 1923, il rencontre d’Orane Demazis à Paris, pour qui il créera ensuite le rôle de Fanny. Marcel Pagnol quitte Simone Collin en 1926 (divorce finalisé en 1941). En 1927 il quitte ses fonctions au sein de l’Education Nationale. La même année, il rencontre Kitty Murphy, une danseuse anglaise, avec qui il aura un fils, Jacques, en 1930, qui deviendra son assistant après la guerre, puis cameraman pour France 3 Marseille.

Marcel Pagnol le cinéaste

En 1932, son frère Paul, « le dernier chevrier des collines d’Allauch », à qui il rend souvent visite dans les collines où il a passé avec lui son enfance, meurt à l’âge de 34 ans. Il est inhumé dans le caveau de la famille Pagnol au petit cimetière de La Treille. Cette même année, il rencontre Jean Giono, qui l’incite à s’intéresser au cinéma, et dont il adaptera quatre œuvres. Il fait jouer les plus grands acteurs français de l’époque, Raimu, Pierre Fresnay, Fernandel – avec qui il est ami et joue à la pétanque entre deux scènes. En 1934, il achète, dans les collines au-dessus du village de La Treille où, enfant, il passait ses vacances, un domaine de 24 hectares (plus tard agrandi à 40), dans l’idée d’en faire son « Hollywood provençal ». En 1933, il s’installe avec Orane Demazis, qui incarnait tous les soirs le personnage de Fanny. Ils ont un fils, Jean-Pierre Burgart. Puis, en 1936, Yvonne Pouperon, sa nouvelle collaboratrice des bureaux de la rue Fortuny à Paris, met au monde une fille, Francine Pagnol.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il doit interrompre ses tournages et vendre ses studios à la Gaumont. Il acquiert le domaine de La Gaude, où il fait travailler les membres de son personnel de studio comme ouvriers horticoles, pour leur éviter le Service du Travail Obligatoire en Allemagne. Il entretient dans le même temps, une liaison avec Josette Day, qui ne durera que le temps de leur refuge en zone libre. En 1944, Pagnol se retire dans sa maison dans la Sarthe, avec Jacqueline Bouvier, avec qui il entretient une relation, en attendant le débarquement allié. Il revendra cette propriété vers la fin des années cinquante. A la fin de la guerre, Pagnol et Jacqueline se marient. Ils auront deux enfants ensemble: Frédéric, en 1946, et Estelle, en 1951. En 1946, Pagnol est élu à l’Académie Française. En septembre de la même année, son ami Raimu disparait brutalement, ce qui constitue pour lui une douloureuse épreuve. En 1948, pour tourner « La Belle Meunière », avec Jacqueline Pagnol et Tino Rossi, Marcel Pagnol fera l’acquisition d’un vieux moulin à « La Colle-sur-Loup », dans l’arrière-pays niçois. Ce film est un échec retentissant et une perte financière de cinquante millions de francs pour Pagnol.

En 1951, Pagnol décide de s’installer à Monte-Carlo auprès de son ami le prince Rainier III. Il achète « La Lestra », magnifique villa du XIXe siècle située près de la baie. Pagnol, Jacqueline, Frédéric et Estelle y vivent heureux jusqu’à la mort d’Estelle en 1954. Toujours en 1951, Pagnol achève le scénario de Manon des sources. Brouillé avec Fernandel, il choisit Rellys pour le rôle d’Ugolin. Henri Poupon (le Papet), Raymond Pellegrin (l’instituteur) et Jacqueline Pagnol (Manon) font partie de la distribution. Le film, qu’il tourne à La Treille, sort en janvier 1953 et reçoit un accueil mitigé. A la mort de sa fille en 1954, Pagnol retourne à Paris, où il vivra jusqu’à la fin de sa vie. En 1955, ses pièces de théâtre Judas et Fabien reçoivent elles aussi des accueils négatifs. Ces échecs incitent Pagnol à mettre un terme à sa carrière de cinéaste et d’auteur dramatique.

La fin de sa vie

De 1957 à 1968, Pagnol écrit et publie ses « Souvenirs d’enfance » qui comprennent La Gloire de mon Père, Le Château de ma mère, Le Temps des Secrets, une version romancée de Jean de Florette et de Manon des Sources. Cette série de romans rencontre un immense succès. Atteint d’un cancer, Marcel Pagnol meurt le 18 avril 1974, à l’âge de 79 ans, dans sa maison du square de l’Avenue-Foch à Paris. Son corps repose au cimetière marseillais de la Treille, auprès de sa mère et de sa dernière fille Estelle, non loin du caveau de la famille Pagnol où reposent son père et sa seconde femme (Madeleine Julien), ainsi que ses frères et sœur et leurs familles.