Skip to main content

PARIS : « Tu seras un européen mon fils », par Benedikt K…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : « Tu seras un européen mon fils », par Benedikt KAISER

Benedikt Kaiser est un politologue allemand et fait partie de la maison d’édition Jungeuropa (Dresde).

Il travaille en tant que collaborateur scientifique et publiciste. Ses trois axes de recherche sont les questions sociales, les théories de l’hégémonie et l’interaction entre les structures extraparlementaires et parlementaires. Il est l’auteur de plusieurs livres : le dernier en date est Die Konvergenz der Krisen (Dresde, 2023) ; un succès public a été obtenu entre autres par Solidarischer Patriotismus (Schnellroda, 2020).

« Nous étions des Germains, nous sommes des Allemands et nous serons des Européens. »

Voici ce que disait, il y a un siècle environ, Arthur Moeller van den Bruck, et qui illustre précisément ce devenir que nous envisageons. Pourtant, de nombreux Européens d’aujourd’hui rechignent à s’identifier comme tels, notamment à cause de la facile confusion entre l’Europe et l’UE. Il est alors de notre devoir de construire, à travers une coopération pleinement européenne, une vision du monde solidaire, patriotique et européenne.

Lorsque Arthur Moeller van den Bruck a réfléchi à l’avenir de l’Allemagne et de l’Europe dans les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale, il a trouvé cette formule marquante.

Un siècle plus tard, nous constatons qu’il s’agit d’une évidence, mais que sa réalisation reste plus que jamais complexe.

Pour beaucoup de nos compagnons de route, s’affirmer en tant qu’« Européen » est bien souvent l’objet d’importantes réticences. Cela s’explique par le fait que l’actuelle Union européenne (UE) forme un projet qui semble justement vouloir nous faire perdre notre européanité.

« Notre Europe n’est pas leur UE ! » – c’est facile à dire.

Mais nous devons aussi transmettre une européanité positive. Au sens d’Ernst Bloch, avec de la chaleur – des sentiments –, et de la froideur – des arguments.

VIDEO

SOURCE : Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne.