Skip to main content

PARIS : Service Public – Mise en œuvre de projets n…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
9 Déc 2023

Partager :

PARIS : Service Public – Mise en œuvre de projets nombreux et divers

La Gestion Déléguée : Un Pilier de l’Amélioration des Services Publics.

Transports publics, traitement des déchets, aménagement du territoire, la gestion déléguée participe à l’optimisation opérationnelle et devient le garant de la qualité des services que nos concitoyens méritent.

Focus transport ferroviaire 

L’IGD possède également une expertise au service de l’optimisation des services publics sur de nombreuses thématiques. A ce titre, vous trouverez en pièce jointe une note sur les atouts de la gestion déléguée pour la mobilité ferroviaire.

PARTIE 1 : RÉFLEXIONS GÉNÉRALES LA MOBILITÉ FERROVIAIRE : ENJEUX, AMBITIONS ET CONTRAINTES

NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PROJETS NOMBREUX ET DIVERS

Le rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures (COI) a recensé les principaux programmes et projets, notamment dans le secteur ferroviaire qui sont rappelés ci-dessous (en se limitant à ce stade aux « têtes de chapitre ») : 

Pour ce qui concerne les liaisons interurbaines, le rapport recense : 

  1. Régénération et modernisation du réseau ferré national structurant, la modernisation incluant le déploiement de la commande centralisée du réseau (CCR) et du système Européen de gestion du trafic ferroviaire (European Rail Trafic management Sytem : ERTMS) ; 
  2. Le fret ferroviaire, domaine dans lequel la France apparait en retard par rapport à la moyenne Européenne, l’État met en place un plan de développement (avec 5 autoroutes ferroviaires notamment) dont l’exécution rendra probablement nécessaire l’émergence de modèles économiques différents et de nouveaux acteurs ; 
  3. D’autres programmes destinés à être inscrits en priorité dans les Contrats Plan État Région (CPER) et qui portent notamment sur l’aménagement du réseau structurant, les lignes de desserte fine du territoire, la réduction du bruit ferroviaire, et la sécurité ferroviaire (passages à niveau et tunnels) ;
  4. Les trains d’équilibre du territoire (TET) dont la transversale sud et le développement du réseau TET d’une manière générale ; 
  5. L’accessibilité des gares2 aux personnes à mobilité réduite ; 
  6. Le Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO) ; 
  7. La ligne nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP) ;
  8. La ligne nouvelle Paris Normandie (LNPN) et Paris St Lazare ;
  9. La ligne nouvelle Provence Côte d’Azur (LNPCA) ;
  10. L’Etoile ferroviaire de Lyon, le contournement ferroviaire de l’agglomération Lyonnaise et l’accès au tunnel Lyon-Turin ;
  11. La LGV Rhin-Rhône branche Est phase 2 ;
  12. Les liaisons nouvelles Ouest Bretagne- Pays de Loire (LNOBPL) ;
  13. L’amélioration des lignes TET structurantes avec la relance des trains de nuit ;
  14. Le « complexe Paris gares de Lyon et Bercy » ; 
  15. Divers autres projets dont la mise à 6 voies Paris Austerlitz – Choisy le Roi, la ligne nouvelle Paris Orleans Clermont-Ferrand Lyon, une interconnexion de LGV en Ile-de-France, la liaison ferroviaire Roissy Picardie, la voie ferrée Centre Europe Atlantique ou la réouverture de la ligne Pau-Canfranc-Saragosse. 

On note par ailleurs dans le rapport – en complément de ces grands programmes et projets – des analyses sur le covoiturage, le soutien à l’achat de véhicules propres, le développement de pôles d’échange multimodaux, les parcs relais en entrée d’agglomération et les infrastructures numériques et approches de type MAAS (« mobility as a service »). Enfin, en ce qui concerne les services express régionaux métropolitains (SERM), le rapport contient un tableau résumant le montant des investissements estimés, l’état d’avancement, les calendriers envisagés et des éléments de prévisions de trafic sur les villes de : Marseille, Nice et Toulon, Strasbourg, Lyon, Lille, Bordeaux, Toulouse, Rennes, Nantes, Grenoble, Rouen, le « Sillon Lorrain », et le réseau tri-national Bâle-Mulhouse.