Skip to main content

PARIS : Rencontre avec Noémie POUSSE, Léa HOUPERT et Miri…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Rencontre avec Noémie POUSSE, Léa HOUPERT et Miriam BUITRAGO

À la fois essentiels pour le bon état des forêts et vulnérables, les sols forestiers peuvent pâtir de pratiques sylvicoles inadaptées.

Les travaux de recherche font émerger de nouveaux outils capables de contribuer à préserver ce capital commun.

Pourquoi l’ONF s’intéresse-t-il à la préservation des sols forestiers ?

Noémie Pousse Le sol forestier est un capital à part entière : il permet notamment aux arbres de trouver l’eau et les éléments minéraux indispensables à leur survie, mais aussi de s’enraciner pour résister aux évènements extrêmes (comme les coups de vent ou la sécheresse). Or, des pratiques sylvicoles inadaptées peuvent conduire à la dégradation du fonctionnement des sols et fragilisent la végétation forestière. Je pense particulièrement à la circulation des engins mécanisés lourds qui provoque un tassement du sol.
Le sol forestier est un capital à part entière ; nos recherches visent à tout mettre en oeuvre pour le préserver.

Quelles actions de l’ADEME et quel intérêt de la collaboration avec l’ONF sur cette thématique ?

Léa Houpert Notre collaboration facilite le dialogue entre le monde de la recherche et celui des acteurs de terrain. L’ONF traduit les connaissances scientifiques issues de ses recherches et de collaborations avec des organismes comme INRAE, en outils et connaissances appliquées que nous diffusons largement. Cette transmission se fait par le biais de guides pratiques (par exemple Récolte durable de bois pour la production de plaquettes forestières ou la brochure Forêts et usages du bois dans l’atténuation du changement climatique) ou d’actions de formation comme celle issue du projet IPRSol porté par différents organismes forestiers, dont l’ONF. En plus de ces guides et formations, l’ADEME apporte un soutien aux entreprises réalisant des travaux forestiers pour investir dans des engins intégrant des critères pour limiter les impacts sur les sols.

Miriam Buitrago L’ADEME finance également des travaux de recherche sur la multifonctionnalité des sols et les impacts des actions anthropiques, pour toutes les occupations des sols, agricoles, forestières ou urbaines ; elle a aussi développé un outil de sensibilisation : la Fresque du sol (construite en collaboration avec l’Association française pour l’étude du sol) qui permet à chacun·e de comprendre le fonctionnement des sols et les services écosystémiques qu’ils nous rendent.

N.P. Le soutien de l’ADEME est précieux pour l’ONF à plusieurs titres : tout d’abord, l’Agence finance de nombreux projets de recherche appliquée que nous menons ; ensuite, elle entretient avec nous un dialogue technique constant et de qualité qui nous permet d’avancer ensemble sur des enjeux opérationnels.

Quels travaux de recherche menez-vous sur les sols forestiers ?

N.P. Nous menons des recherches sur le tassement des sols forestiers. Nous travaillons sur le développement d’un service climatique couplant les données sur les caractéristiques des sols aux données de prévisions météorologiques à 14 jours ; il est capable de préciser aux opérateurs les meilleurs moments pour circuler sur leurs cloisonnements. L’objectif étant de limiter les circulations par temps humide pour maintenir leur praticabilité et éviter que les engins sortent des cloisonnements. Nous avons travaillé sur les impacts de la récolte par arbre entier, une pratique qui, par définition, exporte une grande partie des éléments minéraux, impactant ainsi la fertilité de l’écosystème. Nous travaillons également sur l’impact de la préparation mécanisée des sols avant plantation ou encore sur la sensibilité des sols aux sécheresses. En matière d‘outils appliqués, l’ONF a développé l’application mobile For-Eval (voir encadré page 5), en collaboration avec INRAE. À court terme, nous continuerons d’explorer l’impact du tassement des sols (qui est un sujet de préoccupation majeur) et les leviers d’adaptation au climat. Des formations découleront de ces travaux.

LIRE LA SUITE

SOURCE : ADEME RECHERCHE.