Skip to main content

PARIS : « Réforme de l’assurance chômage, place au recrut…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : « Réforme de l’assurance chômage, place au recrutement » !

La réaction du SDI – Syndicat des Indépendants et des TPE.

Selon le dernier état des lieux du Syndicat des Indépendants et des TPE en avril, 85% des dirigeants jugent les avantages du chômage trop attractifs et 50% estiment que la réduction de la durée d’indemnisation permettra de recruter plus aisément.

Marc Sanchez, secrétaire général du SDI, réagit aux annonces sur la réforme de l’assurance chômage.

« Le passage de six à huit mois de travail nécessaire pour bénéficier des allocations chômage dans les vingt derniers mois est une mesure qui va dans le sens des attentes des indépendants et dirigeants de TPE, pour qui les problèmes de recrutement persistent pour 22% d’entre eux. Aujourd’hui, pour inciter au retour l’emploi dans ce contexte inflationniste, les salaires doivent être attractifs et les profils correspondre au poste proposé. Dans notre enquête, 64% des indépendants jugeaient les salaires proposés trop peu attractifs pour les candidats et pourraient les augmenter si les charges étaient moins élevées ! Il faut désormais se concentrer sur l’après ».

Près d’une TPE sur 3 souhaite recruter des seniors

Le SDI salue la mesure sur le cumul de l’allocation avec un nouveau salaire pour les plus de 57 ans et la mensualisation du versement de l’allocation. Selon son dernier baromètre, près d’une TPE sur 3 souhaite recruter des seniors, et 27% pourrait recruter une personne âgée de 60 ans et plus sous deux conditions : un niveau de pénibilité réduit et une adéquation avec le profil recherché pour le poste.

Bonus-Malus étendu à tous les secteurs

Le SDI réitère sa critique du système de Bonus/Malus, maintenant étendu à presque tous les secteurs.

« Ce dispositif, déjà critiqué par le SDI lors de sa mise en place, risque de pénaliser injustement les petites entreprises et les indépendants dont la situation financière est déjà très compliquée. Il est souvent impossible pour ces derniers de prévoir précisément leurs besoins en main-d’œuvre, et ce mécanisme pourrait les dissuader d’embaucher, aggravant ainsi le chômage qu’il prétend réduire, » ajoute Marc Sanchez.