Skip to main content

PARIS : Programme Malin, objectif 1 000 jours

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
10 Déc 2023

Partager :

PARIS : Programme Malin, objectif 1 000 jours

L’alimentation des mille premiers jours de l’existence est cruciale pour réduire les risques de maladies chroniques.

Or un enfant sur cinq en France vit dans une famille en situation de précarité. Notre objectif est de leur venir en aide avec une offre qui s’inscrive dans leur vie quotidienne. Par Benjamin Cavalli, directeur de Programme Malin. En 2010, une alliance de partenaires d’horizons différents (pouvoirs publics, sociétés savantes de pédiatrie, associations de solidarité, chercheurs et entreprises) a créé le Programme Malin.

La mission commune de notre association est d’accompagner les parents sous contraintes budgétaires sur les enjeux nutritionnels de leurs enfants de zéro à trois ans, la période cruciale des mille premiers jours, mais aussi de la famille, avec trois missions stratégiques :

un volet conseils pour aider les familles à se repérer et à mettre en place les bonnes pratiques nutritionnelles au quotidien ;
un volet budgétaire pour faciliter l’accès à des produits adaptés et de qualité dans des circuits de distribution ouverts à tous ;
un volet études pour renforcer l’analyse des besoins des familles ciblées et mesurer l’utilité et l’efficacité du programme.

Après une phase pilote de construction de l’offre avec des familles et des acteurs de terrains (2012-2017), puis la préparation au changement d’échelle (2018-2020), nous nous sommes déployés au niveau national dans 93 départements en 2021. Et nous envisageons un déploiement spécifique dans les départements d’outre-mer. En 2022, un rapport sur l’obésité infantile élaboré par la commission des Affaires sociales du Sénat insiste sur des inégalités sociales qui se renforcent, avec 75 % des enfants en surpoids ou obésité issus des catégories populaires ou inactives. Ce rapport met en évidence le rôle du Programme Malin comme solution.

150 000 enfants et familles accompagnés

Notre association accompagne aujourd’hui 150 000 enfants et familles au niveau national grâce à une équipe de huit personnes en lien avec les différents partenaires. Le bureau de l’association est composé du Dr Catherine Salinier (présidente), de Martin Hirsch (vice-président), du Pr Dominique Turck (trésorier) et de Françoise Fromageau (secrétaire).

Notre métier est focalisé sur les inégalités sociales de santé qui ont un impact direct sur les personnes en insécurité alimentaire, mais également sur les coûts de santé. Pour y parvenir, notre mission est de contribuer au développement d’une alimentation adaptée et de qualité pour le plus grand nombre. Notre stratégie est innovante et différenciante à cinq niveaux :

une stratégie d’information et d’inscription des familles pour diminuer le non-recours grâce à la simplicité et à la complémentarité des deux premiers volets présentés ;
une offre complète, couplant une offre de conseils de référence ouverte à tous et une offre budgétaire non stigmatisante et pratique, fondée sur le principe de l’universalisme proportionné, où chacun peut accéder au programme selon son besoin ;
une démarche de prévention santé et de prévention de la grande précarité, notre programme touchant des familles qui n’accèdent pas à des dispositifs sociaux portés par les pouvoirs publics ou les associations et qui se situent majoritairement juste au-dessous ou au-dessus du seuil de pauvreté ;
la construction du programme avec les familles, les positionnant comme acteurs clés du programme ;
un modèle économique innovant basé sur un principe « pas de perte, pas de gain », dans lequel les réductions sur les produits du Programme Malin sont financées par les entreprises partenaires : ces efforts financiers sont compensés par des volumes additionnels de vente qui sont mesurés avec les données en sortie de caisses (ce principe garantit la capacité d’inclure un nombre illimité de familles et d’inscrire l’offre budgétaire dans la durée).
Tout cela est complémentaire des dispositifs existants, notamment les stratégies portées par les pouvoirs publics ou l’aide alimentaire.

Autour du seuil de pauvreté

De manière générale, nous nous adressons aux familles en situation de précarité, en France, qui attendent un enfant ou qui ont au moins un enfant de moins de trois ans. L’inscription à l’aide budgétaire du Programme Malin est réservée aux familles dont le quotient familial est inférieur à 850 euros, soit juste au-dessus du seuil de pauvreté. Ainsi, 70 % des familles inscrites sont au-dessous du seuil de pauvreté et 30 % juste au-dessus.

De manière plus spécifique, nous touchons majoritairement des familles qui sont peu ou pas touchées par les dispositifs sociaux existants : 74 % d’entre-elles ne recourent jamais à l’aide à alimentaire malgré leurs difficultés, et doivent donc acheter leurs denrées dans les commerces classiques. Et 41 % d’entre elles ne bénéficient d’aucune aide du type revenu de solidarité active (RSA). Pour 73 % de ces familles, le travail est la principale source de revenu. Leur souci est de pouvoir recourir à des solutions simples et non stigmatisantes qui s’intègrent dans leur quotidien. Elles vont rechercher des bons plans et utiliser l’offre budgétaire ciblée sur des produits adaptés et de qualité dans leurs magasins habituels.

Ces éléments permettent de positionner le Programme Malin comme un levier de prévention à la grande précarité. L’objectif est de déclencher une logique de « coup de pouce », afin de contribuer à la sécurisation de l’état de santé de familles en train de se fragiliser, qui sont aujourd’hui les premières victimes de l’inflation sur des postes de dépenses clés comme l’énergie et l’alimentation.

Nos actions :

un dispositif de communication innovant avec : campagne d’e-mailing réalisée par la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) pour présenter le Programme Malin à tous les allocataires pendant la grossesse et aux cinq mois de l’enfant ; mobilisation des familles inscrites sur les réseaux sociaux, dont Tik Tok, qui présentent et incitent leur communauté à utiliser notre offre ; réseau d’acteurs de terrain au contact des familles (maternité, PMI, crèche…) ;
des conseils pratiques adaptés au quotidien de toutes les familles sur la nutrition du jeune enfant et de sa famille, issus des recommandations du Programme national nutrition santé;
une offre budgétaire pour acheter des produits adaptés et de qualité à moindre coût, réservée aux familles inscrites sous conditions de ressources (offre sous forme de ventes en ligne et de bons de réduction envoyés au domicile des familles inscrites et utilisables dans tous les supermarchés).
L’ensemble des conseils et des produits sélectionnés sont validés par les sociétés savantes de pédiatrie.

Des pratiques nutritionnelles en progrès

Nous avons observé une tendance très positive de l’évolution des pratiques nutritionnelles des familles, par exemple vers le lait infantile, neuf fois plus acheté par les familles inscrites (le lait de vache étant inadapté au nourrisson), pour atteindre des niveaux de consommation très proches des recommandations, moins de boissons sucrées chez les jeunes enfants, une plus grande pratique du fait-maison, un meilleur taux d’allaitement, etc.

Grâce à notre modèle, nous souhaitons toucher 300 000 enfants et leurs familles d’ici à 2027, soit 60 % des enfants de zéro à trois ans en situation de pauvreté en France. L’autre enjeu est de renforcer notre offre tant de conseils que budgétaire, notamment avec des produits contribuant à une alimentation familiale faite maison et de qualité.

Pour cela, nous devons nouer des partenariats avec des entreprises et des marques, pour rendre accessibles des produits bruts ou semi-bruts favorisant une alimentation familiale de qualité : poissons, œufs, légumineuses, féculents, huiles… Les produits sélectionnés en lien avec les sociétés savantes de pédiatrie seront intégrés à notre dispositif de bons de réduction envoyés tous les six mois au domicile des familles et utilisables dans l’ensemble des enseignes de la grande distribution.

SOURCE : ILEC – La Voix des marques