Skip to main content

PARIS : Ouverture, à compter du 17 avril, de la « Grande …

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
16 Avr 2024

Partager :

PARIS : Ouverture, à compter du 17 avril, de la « Grande collecte des archives relatives à la Libération »

Patricia Miralles, secrétaire d’État auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire, annonce l’ouverture, à compter du 17 avril, de la « Grande collecte des archives relatives à la Libération » organisée par le ministère des Armées.

A l’occasion des commémorations du 80e anniversaire de la Libération, le Président de la République, a invité, le 6 mars dernier, les Français à remettre à un service public d’archives les documents qu’ils pourraient détenir sur cette page de notre Histoire.
Le ministère des Armées participe pleinement à cette opération grâce au Service historique de la Défense (SHD), en charge des archives historiques du ministère.  Les Français peuvent donc, à compter du 17 avril, déposer leurs archives personnelles et familiales de tout type (journaux intimes, correspondances, photographies, dessins, carnets de note, mémoires, enregistrements oraux ou audiovisuels, etc.) dans tous les sites du SHD : Vincennes, Caen, Châtellerault, Pau, Brest, Cherbourg, Lorient, Rochefort et Toulon.
Ces documents seront intégrés au patrimoine de la Nation. Ils seront transmis aux générations futures, sans risque de perte ou de destruction. Leur conservation, leur restauration, si nécessaire, et leur description seront assurées par des professionnels des archives.
Toutes les informations sont à retrouver sur le site internet Mémoire des Hommes.

Patricia Miralles a déclaré : « L’objectif de cette grande collecte d’archives est de faire de ces traces, parfois familiales et souvent intimes, des instruments pour nos historiens. Ces témoignages vont permettre d’affiner la connaissance que nous avons de cette page de notre Histoire, ils sont le passage d’une histoire familiale à notre histoire nationale. Car dans la couleur sépia d’une photographie, dans l’encre séchée d’une correspondance, des choses insoupçonnées peuvent se dissimuler ».