Skip to main content

PARIS : Maladie hémorragique épizootique, les dispositifs…

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
5 Fév 2024

Partager :

PARIS : Maladie hémorragique épizootique, les dispositifs d’indemnisation ouverts le 5 février

Maladie hémorragique épizootique, les dispositifs d’indemnisation ouverts le 5 février comme annoncé par le Premier ministre. 

Le Premier Ministre a annoncé le 26 janvier à l’occasion de son déplacement en Haute-Garonne l’ouverture de deux dispositifs d’aide à compter du 5 février pour accompagner les éleveurs impactés par la Maladie Hémorragique Epizootique (MHE). Le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a réuni aujourd’hui la profession agricole pour confirmer le respect des engagements pris et présenter le détail des dispositifs conçus en concertation avec leurs représentants.

Le premier dispositif d’indemnisation a pour objectif la prise en compte à hauteur de 90% des frais liés aux traitements vétérinaires ayant été nécessaires pour soigner les animaux malades et d’autre part de l’indemnisation des animaux morts ou euthanasiés des suites de la maladie. Sont éligibles les exploitations agricoles ayant fait l’objet d’une suspicion clinique posée par le vétérinaire de l’élevage et confirmée par un résultat d’analyse positif entre le 19 septembre et le 31 décembre 2023.

La solidarité professionnelle prendra le relais, avec l’appui de l’État, pour les foyers intervenus à compter du 1er janvier 2024 au travers du fonds de mutualisation du risque sanitaire et environnemental (FMSE) : le fonds indemnisera au même taux les frais vétérinaires et les animaux morts.

Ce dispositif est complété par le déploiement d’un fonds d’urgence de 50 M€ pour apporter une aide de trésorerie exceptionnelle aux acteurs professionnels, éleveurs et commerçants en bestiaux, durement touchés par la maladie. Sont éligibles au fonds d’urgence :

– les exploitations de bovins situées dans les départements les plus impactés par la MHE (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Landes, Pyrénées-Atlantiques). En dehors de ces départements, les exploitations de bovins ayant été confirmées foyer par analyse PCR entre le 19 septembre 2023 et le 31 décembre 2023 sont également éligibles ;

 les exploitations de petits ruminants ayant été confirmées foyer par analyse PCR entre le 19 septembre 2023 et le 31 décembre 2023 ;

– les commerçants en bestiaux impactés par la fermeture temporaire du marché italien et ayant une activité significative dans les départements suivants : Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Landes, Pyrénées-Atlantiques, Tarn, Tarn-et-Garonne ;

– les opérateurs commerciaux de bovins impactés par la fermeture du marché algérien.

 Afin de permettre les premiers paiements dès le mois de février, le montant des indemnisations versées sera calculé sur une base forfaitaire déterminée localement.

Marc Fesneau a déclaré : « Face à l’urgence de la situation, le Premier ministre s’était engagé à ce que les deux guichets ouvrent le 5 février. Nous sommes aujourd’hui le 5 février, soit 10 jours après les annonces. Les deux guichets sont désormais ouverts. L’engagement pris par le Gouvernement par la voix du Premier ministre est tenu. Je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance envers les agents de mon ministère qui n’ont pas compté leurs heures pour rendre possible cet exploit, très attendu et indispensable pour répondre à la détresse des éleveurs. »