Skip to main content

PARIS : Lufthansa ajoutera une surcharge environnementale…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Lufthansa ajoutera une surcharge environnementale à ses vols

Lufthansa va être l’une des premières compagnies à ajouter une surcharge environnementale due aux règles européennes qui pénalisent les compagnies d’Europe…

Les règles environnementales de l’Union Européenne vont encore une fois ajouter de l’inflation et réduire le pouvoir d’achat es consommateurs. A partir du 1er janvier 2025 les compagnies aériennes européennes devront utiliser un minimum de 2% de carburant SAF et ce pourcentage augmentera considérablement au cours des années. A partir de 2023 ce pourcentage devra être de 6% puis de 20% en 2035 puis de 70% en 2050. Or le prix du SAF est très élevé par rapport au kérosène traditionnel : il coûte environ deux fois plus cher à la tonne.

Les règles européennes conduisent à une hausse des prix dans de nombreux domaines comme dans l’immobilier avec le DPE, l’automobile avec les contrôles techniques et la fin de la vente des voitures thermiques ou l’énergie avec l’obligation d’investir dans les énergies renouvelables qui sont peu rentables comme le montre l’exemple allemand.

Les compagnies aériennes européennes ont critiqué ces règles trop strictes de l’UE concernant le SAF sans succès (voir le coût démesuré des biocarburants pour l’UE).

« Actuellement ces règles ne s’appliquent qu’en Europe, y compris pour les vols d’alimentation de nos hubs. Les compagnies non européennes n’ont pas cette obligation de faire le plein avec du carburant durable plus cher au départ de leurs hubs. Cela va rendre les billets d’avions des compagnies européennes plus chers parce que les compagnies aériennes ne pourront pas compenser ces coûts additionnels » a déclaré le patron le Lufthansa.

Les règles de l’UE vont défavoriser les compagnies aériennes et les consommateurs européens

Le groupe aérien qui comprend Eurowings, Swiss, Austrian, Brussels Airlines et Lufthansa ajoutera une surtaxe commise entre 1 et 72 Euros par billet pour couvrir ces coûts environnementaux.
Nous avons parlé dans cet article du coût démesuré lié à la législation européenne pour les compagnies d’Europe.

Pour le patron de Lufthansa les règles bien plus drastiques adoptés en Europe vont défavoriser l’industrie européenne comme sur le marché de l’automobile avec la transition accélérée vers les véhicules électriques qui favorise Tesla et les fabricants chinois: « au final, dans leur forme actuelle, ces régiments européens mènent seulement à un changement des émissions carbone. Ils subventionnent de fait les compagnies hors d’Europe, qui en plus du reste ont des standards environnementaux et sociaux moins élevés. Les régulations européennes déloyales mettent les compagnies européennes dans une situation déloyale. En faisant cela elles nous font du mal mais aussi au climat».

Rappelons que de nombreux experts craignent que face à l’envolée des prix du SAF on utilise des cultures vivrières pour produire du SAF au détriment de l’alimentation mondiale notamment dans les pays les plus pauvres.

Le grand bénéficiaire de ces règles de l’UE seront les compagnies américaines qui n’ont pas à subir de telles surcharges et pourront concurrencer les compagnies européennes voire les racheter. Mais l’UE n’a-t-elle pas été faite pour cela comme l’explique Philippe de Villiers dans son livre « J’ai tiré le fil du mensonge et tout est venu».

SOURCE : Business Travel.