Skip to main content

PARIS : L’UDES entend répondre aux attentes des jeu…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
24 Nov 2023

Partager :

PARIS : L’UDES entend répondre aux attentes des jeunes sur le futur du travail

Lors de la conférence-débat organisée à l’université Paris-Panthéon-Assas le 23 novembre, qui a réuni trois collectifs de jeunes et les représentants de l’Union des employeurs de l’ESS, six thématiques ont été abordées et des propositions émises pour améliorer la connaissance et l’attractivité des métiers de l’ESS chez les jeunes.

Face aux constats et attentes exprimées par les collectifs Les Déterminés, Une Voie pour tous et le syndicat étudiant La Fage, Manuella Pinto, administratrice en charge du développement territorial à l’UDES, a présenté les propositions de l’UDES visant à améliorer le recrutement des jeunes dans l’ESS.

  1. Interagir avec les jeunes

« L’ESS est présente dans de nombreux secteurs au contact des jeunes, dans le sport, l’éducation populaire ou l’insertion par exemple. Elle a l’avantage de pouvoir formuler une promesse de sens au travail avec des métiers utiles socialement et des entreprises démocratiques dans leur organisation » a-t-elle rappelé. L’UDES s’engage à remédier à cette situation en donnant la parole à des salariés de l’ESS, en renforçant sa présence sur les réseaux sociaux et en développant la présence des employeurs de l’ESS dans les lieux de vie et de formation des jeunes. De plus, elle plaide en faveur d’une campagne de communication qui pourrait, par exemple, être initiée par le Gouvernement en collaboration avec les acteurs de l’ESS.

  1. Développer des « marques employeurs »

Face au constat d’une évolution forte des exigences sur les conditions d’emploi relatives à l’organisation du travail, l’UDES et ses adhérents, en accord avec la démarche « Employeurs engagés » lancée fin 2021, s’engagent à accompagner leurs employeurs :  dans la mise en place de démarches de valorisation de leur structure et de leur secteur (marque employeur) ; dans la réaffirmation des valeurs qui les portent et les distinguent de l’économie conventionnelle ; dans la promotion de la non-discrimination et de pratiques socialement vertueuses.

  1. Inciter au bénévolat chez les jeunes

Les fortes attentes des jeunes en matière de démocratie et de pratiques managériales innovantes, font écho aux modèles d’entreprendre existant dans l’ESS. Pour renforcer la place des jeunes dans les entreprises, l’UDES et ses adhérents s’engagent à continuer les efforts notamment pour encourager le bénévolat des jeunes dans les entreprises de l’ESS, porte d’entrée de vocations et d’engagements individuels, qui se retrouveront plus tard dans la gouvernance des structures de l’ESS.

  1. Priorité au dialogue social

Conditions de travail, reconnaissance, autonomie et équilibre vie pro-vie perso sont les éléments d’attractivité actuels pour un salarié. Malgré ses contraintes, les structures de l’ESS mettent en place des initiatives, secteur par secteur, branche par branche, entreprise par entreprise. Dans ce domaine, le dialogue social est roi et l’UDES et ses adhérents accompagnent au quotidien les employeurs en recherche de progrès et d’innovation sociale (aidance, parentalité, handicap, diversité).

  1. Améliorer les politiques de rémunération

La rémunération n’est pas un élément anodin, même quand on pratique un métier qui a du sens. Pour améliorer les politiques de rémunération, l’UDES et ses adhérents s’engagent à afficher clairement les rémunérations dans les offres d’emploi, à expliquer les contraintes aux employeurs associatifs en lien avec les politiques de rémunération par rapport aux financeurs, à promouvoir des échelles de rémunérations resserrées, et à favoriser le partage de la valeur.

  1. Investir plus dans la formation professionnelle

« Dans l’ESS, nous constatons des carrières de moins en moins linéaires, avec parfois des perspectives d’évolution limitées au sein d’une même organisation, ainsi qu’une diminution du nombre de stagiaires dans le travail social, a constaté Manuella Pinto. Pourtant, l’ESS offre des parcours d’évolution professionnelle diversifiés et investit dans la formation des salariés. » L’UDES et ses adhérents s’engagent ainsi à développer des parcours de formation professionnelle au-delà des taux légaux, à accompagner l’évolution et la mobilité des jeunes dans et hors de l’ESS. Le mentorat entre jeunes en difficulté et dirigeants de l’ESS est également une piste d’action poursuivie. Ces engagements seront suivis par des indicateurs pour évaluer les progrès réalisés, avec des résultats annoncés à l’occasion de la prochaine convention annuelle de l’UDES le jeudi 17 octobre 2024.En synthèse, l’UDES porte un plaidoyer fort sur la manière dont le secteur doit s’adresser aux jeunes : 

  • porteur et fort de sa diversité de parcours et de métiers
  • qui contribue à une monde plus juste et plus écologique, avec une autre vision du travail que celle qui domine aujourd’hui
  • où être salarié, c’est agir au cœur d’un projet et d’une équipe
  • où les métiers sont parfois exigeants et contraignants, mais qui obligent à innover en termes d’organisation de travail, au profit des personnes fragiles accompagnées.
  • où les salaires sont parfois moins rémunérés que dans le privé lucratif mais avec une exigence de transparence et d’équité dans les échelles de rémunération.

Replay de la conférence disponible sur la chaîne YouTube de l’UDES.

Les trois collectifs sont disponibles pour vous proposer des témoignages de jeunes.