Skip to main content

PARIS : Loi d’orientation agricole – Les GFAI…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
7 Mai 2024

Partager :

PARIS : Loi d’orientation agricole – Les GFAI rejetés par les députés. Et maintenant ?

Dans la grande désillusion du projet de Loi d’Orientation Agricole, enfin une lueur de raison et de bon sens paysan !

Terre de Liens salue la suppression de l’article 12 relatif à la création « groupements fonciers agricoles d’investissement » tout simplement à rebours d’une politique en faveur de l’installation de nouvelles générations. En 2022, dans son rapport sur la propriété des terres agricoles, l’association pointait déjà les dangers d’une financiarisation des terres agricoles.

Faire porter la responsabilité de l’installation de nouveaux agriculteurs·trices sur les intérêts d’investisseurs privés, c’est un peu comme laisser au loup les clés de la bergerie ! Accompagner une nouvelle installation, c’est se battre pour permettre un accès à la terre facilité sans logique de retour sur investissement, c’est de l’humain et du temps long
Astrid Bouchedor, responsable de plaidoyer de Terre de Liens.

Les GFAI désormais écartés, la question de la bataille de la terre n’en reste pas moins entière pour les candidats et candidates à l’installation agricole. Comment faire le poids dans un marché aujourd’hui dominé par une logique de concentration des terres aux mains des exploitations les plus grandes et solides financièrement, et malheureusement pas les plus écologiques.

“Comme on a su créer les SAFER et la politique des structures, il faut aujourd’hui assumer que le portage de la terre et l’installation de nouvelles générations d’agriculteurs·trices est une mission d’intérêt général.  C’est à priori le sens du fonds “entrepreneurs du vivant” voulu par le gouvernement. Mais où va aller cet argent et comment ? A ce stade, tout est flou et si Arnaud Rousseau passe par là, on a toutes les chances de favoriser n’importe quel type d’installation, y compris celles de firmes sous forme de holding qui n’ont d’installation que le nom !”. 

Astrid Bouchedor, responsable de plaidoyer de Terre de Liens.

Terre de Liens appelle le gouvernement à clarifier d’urgence les contours du fonds Entrepreneurs du vivant et de ne pas attendre l’été pour prendre de premiers engagements. L’association redit par ailleurs l’importance d’une nouvelle loi pour une meilleure régulation des terres, totalement oubliée du projet de Loi d’orientation agricole qui sera débattu à l’Assemblée la semaine prochaine.

A propos de Terre de Liens

Terre de Liens est un mouvement citoyen visant à préserver les terres agricoles et à permettre l’installation de paysans et paysannes en agriculture écologique. Il associe un réseau associatif présent dans toutes les régions métropolitaines, une foncière, entreprise de l’économie sociale et solidaire, et une fondation, reconnue d’utilité publique. A travers ses collaborations avec de multiples acteurs, Terre de Liens met en œuvre un dialogue territorial et anime le débat public sur la question des terres agricoles.

Depuis 2003, Terre de Liens a acquis plus de 300 fermes et permis de préserver plus de 9000 ha de terres agricoles dans toute la France métropolitaine, sortis définitivement du marché spéculatif.