Skip to main content

PARIS : Les Restos du Cœur, un beau modèle menacé ?

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
10 Déc 2023

Partager :

PARIS : Les Restos du Cœur, un beau modèle menacé ?

Près de quarante ans après l’appel de Coluche, les Restos du cœur ont tiré la sonnette d’alarme.

La hausse des prix nécessite impérativement des efforts supplémentaires des forces politiques et économiques du pays. D’autant que l’augmentation du nombre de personnes accueillies à l’aide alimentaire s’accentue. Tribune de Patrice Douret, président bénévole des Restos du Cœur.

L’organisation de l’association. En 1985 était lancée la première campagne des Restos du Cœur et 8,5 millions de repas avaient été distribués. Trente-huit ans plus tard, les besoins des personnes démunies sont toujours là et les 73 000 bénévoles des Restos se mobilisent toute l’année pour y répondre, au sein des 2 333 lieux d’accueil que comporte l’association à travers toute la France. Lors de la dernière campagne (2022-2023), ce sont 171 millions de repas équilibrés qui ont été distribués par l’association à 1,3 million de personnes accueillies.

Le public visé et les actions spécifiques. Aujourd’hui, les carences alimentaires les plus graves ont presque disparu, mais les visages de la précarité se diversifient : l’an dernier, 40 % des personnes aidées par les Restos du Cœur étaient des mineurs. Et une personne sur deux avait moins de vingt-cinq ans. L’association a aussi aidé l’an dernier 126 000 enfants de moins de trois ans dans 400 espaces petite enfance et 50 Restos bébés. C’est pour répondre à la diversité des besoins et des différents publics accueillis que les Restos redoublent d’efforts pour poursuivre leurs actions d’aide à la personne tout au long de l’année. L’aide alimentaire permet une aide d’urgence mais représente surtout le point de contact privilégié pour permettre un accompagnement vers l’autonomie. La relation de confiance tissée pendant l’accueil permet d’identifier les actions à développer pour favoriser leur insertion sociale et professionnelle : accès à l’emploi, accès au logement, accès aux loisirs et aux vacances, soutien scolaire et lutte contre l’illettrisme, accès à la justice et aux droits, conseils budgétaires…

Personnes accueillies et aides : quelle évolution ? Nous avions enregistré, à la fin de l’hiver dernier, une augmentation de 18 % des personnes inscrites et acceptées à l’aide alimentaire. La tendance s’est aggravée cet été, dans les villes comme en milieu rural, avec 30 % de repas servis en plus par rapport à l’année dernière. Cette situation, insupportable sur le plan moral, n’est plus tenable humainement pour nos ressources bénévoles souvent épuisées et, financièrement, pour notre structure. Nous aurons distribué, en un an, plus de 171 millions de repas contre 142 millions l’année d’avant ! Ces millions de repas supplémentaires, ajoutés au doublement en trois ans des coûts de nos achats de denrées et coûts logistiques, mettent en péril le modèle des Restos. L’inflation entraîne des déficits de plusieurs dizaines de millions d’euros, qui s’accumulent face à une conjoncture qui n’augure pas d’améliorations notables rapidement. Pour la première fois de notre histoire, et c’est un crève-cœur, nous serons contraints de réadapter les critères d’éligibilité à notre aide et de diminuer la dotation alimentaire distribuée aux personnes accueillies. Nous savons tous le drame humain que cela représente. Mais nous devons préserver l’association pour continuer à aider les plus pauvres d’entre les plus pauvres. C’est pourquoi la gratuité et l’inconditionnalité de notre accueil seront maintenues.

Les besoins prioritaires. Parce que ces mesures indispensables ne suffiront pas à revenir à un équilibre acceptable, en tant que président bénévole des Restos, j’ai interpellé le dimanche 3 septembre 2023, au Journal de 13 heures, fortement, publiquement, les pouvoirs publics et les grandes entreprises pour qu’ils se mobilisent et nous aident à franchir ce cap. Le défi est de taille car, au-delà de l’urgence, la quête de partenariats financiers sur le long terme est un challenge à part entière.

Vous aussi, devenez partenaire et contactez-nous : partenariats@restosducoeur.org !

SOURCE : ILEC – La Voix des marques