Skip to main content

PARIS : Les piliers de la protection de l’eau, surveiller…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Les piliers de la protection de l’eau, surveiller, préserver, agir

Danièle Ponchaux, Maire d’Emmerin, ville «gardienne de l’eau » et Conseillère régionale des Hauts-de-France.

Un récent article du journal « Le Monde » met en lumière la pollution des cours d’eau européens. Le sujet est au centre du débat public depuis que certains se sont engagés à ce qu’il soit possible de se baigner dans la Seine à l’aune des Jeux Olympiques. Au-delà de la communication politique, il parait important de mettre en lumière les leviers de protection de la ressource en eau.

Il nous faut en préalable une coordination des acteurs publics et privés.

Pour cela je rappellerai l’initiative des « communes gardiennes de l’eau » sur le territoire de la Métropole européenne de Lille : 29 communes engagées à respecter une charte qu’elles ont co-construite. Elles appliquent un plan local d’urbanisme intercommunal affichant clairement l’enjeu prioritaire de protection et de préservation de la ressource en eau.I

l nous faut poser les limites de notre impact.

L’imperméabilisation des sols et les activités humaines fragilisent la recharge des nappes phréatiques. À travers l’objectif de zéro artificialisation nette (ZAN), nous constatons les réticences à diminuer l’emprise foncière. Les raisons invoquées relèvent souvent des politiques d’aménagement du territoire : construction de logements, développement économique ou transports. Le cœur de nos actions doit obligatoirement intégrer la réduction de notre empreinte sur l’eau.

Il nous faut préserver la qualité de la ressource.

La mauvaise qualité des rivières affecte la biodiversité et peut mettre en danger la santé des personnes. Aussi pour produire de l’eau potable, les traitements deviennent plus coûteux à mesure que la qualité de l’eau se détériore. Nous avons donc tout intérêt à conserver la qualité de la ressource en eau.

L’État est responsable du programme de surveillance des milieux aquatiques, conformément à la directive-cadre sur l’eau. Grâce à plus de 4000 stations de mesure, la qualité des rivières françaises est surveillée. L’efficacité et la communication de ces données sont cruciales pour impliquer la population dans la préservation de notre bien commun l’eau, cet or bleu si précieux.

Ces propositions combinées devraient permettre de renforcer notre politique de l’eau, garantissant ainsi une ressource saine et durable pour les générations actuelles et futures.

SOURCE : UDI – Les infos de la semaine.