Skip to main content

PARIS : Les nouveaux acteurs de la mémoire

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Les nouveaux acteurs de la mémoire

Hier, pour être acteur de Mémoire, il fallait avoir été acteur de l’Histoire.

Combien de ministres des anciens combattants ont dû justifier de leur CV de combattants avant de prétendre à entrer rue de Bellechasse[1] ?

Combien de sculpteurs de monuments aux morts devaient justifier de leur participation à la guerre avant de prétendre à obtenir un « marché communal » ?

Il en était de même pour les dessinateurs de timbres commémoratifs.

Nous sommes aujourd’hui fort éloignés de cette fusion Histoire-Mémoire qu’ont symbolisé les anciens combattants.

Les acteurs de mémoire sont entrés dans la diversité citoyenne.

Ceux que l’on qualifie de « nouveaux acteurs de mémoire » occupent désormais le devant des cérémonies. En uniforme bleu-horizon, ou en uniforme de GI, en jeep, ou porteurs du fusil Lebel, ils occupent l’espace laissé vacant par les armées professionnelles et par les anciens combattants de moins en moins nombreux.

Pendant deux décennies, il était de « bon ton » de tenir ces étranges passionnés loin du champ mémoriel. Aujourd’hui, ils sont souvent courtisés par les municipalités qui cherchent à donner un « cachet » à leurs cérémonies.

Le Souvenir Français se veut proche de ces reconstituteurs. Il apprécie leur passion et leur connaissance historique.

Dans le guide des associations mémorielles de la Grande Guerre que diffusera prochainement le Souvenir Français, ces associations tiennent une place importante.

En ce mois de juin 2024, où les reconstituteurs arrivent sur les plages du 6 juin, nous avons tenu à les placer sous le projecteur de la mémoire, comme nous avons tenu à rendre hommage à Mme Aurélie Gsell, qui, cachée sous le nom de « Rembobinette », fait un exceptionnel travail de collecte de témoignages oraux.

La mémoire se renouvelle. Ce renouvellement passe par des acteurs nouveaux, pour qui le Souvenir Français a une grande considération.

[1] Lieu où était installé le ministère.

Serge BARCELLINI
Contrôleur Général des Armées (2s)
Président Général de l’association « Le Souvenir Français »

SOURCE : La lettre n°95 du Souvenir Français.