Skip to main content

PARIS : Les étrangers surreprésentés dans tous les crimes…

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
21 Déc 2023

Partager :

PARIS : Les étrangers surreprésentés dans tous les crimes et délits

Cette semaine, l’Assemblée Nationale a voté la loi “Immigration”.

Toute la caste politico-médiatique ne parle que de ça. Cette nouvelle loi est plus ferme que le projet initial. Elle intègre des bonnes mesures comme la déchéance de nationalité, le délit de séjour irrégulier et la mise en place de quotas migratoires. 

Pour être honnête, je suis même surprise que certains ne soient pas déjà dans la loi…

C’est une victoire modeste, mais une victoire tout de même. Et je suis fière de vous annoncer en exclusivité que l’Institut pour la Justice a participé à cette modeste victoire.

Les étrangers surreprésentés dans tous les crimes et délits

D’abord car, vous le savez, mon équipe a été parmi la première à dénoncer le lien entre immigration et criminalité.

À l’époque nous étions bien seuls.

Ces derniers mois, mon équipe a fait des dizaines de passages à la radio et à la télévision.

En 2021, l’IPJ faisait la une du Figaro Magazine. Et nous y parlions précisément du poids de l’immigration dans la criminalité. C’est un hebdomadaire dont l’audience totale dépasse les 1,3 million de personnes chaque semaine, c’est absolument énorme !

Et aujourd’hui la très large majorité des Français partage le même constat. Il n’y a que les élites politiques pour refuser de voir la vérité.

Un sondage CNEWS a par exemple révélé cette semaine que 80% des Français ne veulent plus accueillir de migrants en France. Mieux, même le ministère qui tentait de dissimuler une partie de la vérité le reconnaît : proportionnellement les étrangers commettent plus de crimes et de délits que les Français. 

Selon Gérald Darmanin, les étrangers représentent 48 % des gens interpellés pour des actes de délinquance à Paris, 55 % à Marseille et 39 % à Lyon.

Pourtant, ils ne représentent que 8% de la population…

L’Institut pour la Justice dépose ses propres amendements ! L’Institut pour la Justice travaille avec les meilleurs experts du droit et de la criminalité. 

Et lorsque les élus veulent des conseils, ils se tournent souvent vers notre association. 

Ce fût le cas pendant l’élection présidentielle, pendant la loi Justice de Dupond-Moretti. 

Et ce fût encore le cas pour la loi “Immigration”.

La député Edwige Diaz, vice-présidente du Rassemblement national, est une des élus qui a le plus travaillé sur cette loi. Et elle a contacté directement l’Institut pour la Justice pour l’aider à rédiger des amendements sur l’expulsion automatique. Nous avons donc directement travaillé avec elle. Ces derniers mois, j’ai multiplié les rencontres avec des parlementaires de plusieurs partis politiques afin de leur transmettre les travaux de recherche de l’IPJ. Le travail de mon équipe a eu un réel impact dans l’écriture et le vote de cette loi.

Mais l’extrême-gauche pourrait bien tout détruire…

L’extrême-gauche perd les pédales

Depuis le vote de la loi, toute la gauche et l’extrême-gauche se déchaînent sur les réseaux sociaux.

Elle a réveillé les militants les plus radicaux, y compris dans le monde judiciaire :

Le Syndicat de la Magistrature a osé demander le retrait du texte, au mépris de son devoir de neutralité…

32 présidents de départements disent qu’ils n’appliqueront pas certaines mesures.

Anne Hidalgo, la maire de Paris, n’appliquera pas la loi et veut faire de la capitale “une terre de résistance”…

Maitre Eolas, qui insulte depuis 10 ans l’Institut pour la Justice, a même dit ceci :

Ce matin, plusieurs universités sont même bloquées par des individus d’extrême-gauche…

Tous ces gens veulent aller contre la volonté du peuple. Contre vous. Ils cherchent à créer le trouble dans notre pays pour imposer leurs idées… pourtant très nettement minoritaires !

Étoffez cette loi insuffisante

Cette loi va dans le bon sens, mais elle n’est clairement pas suffisante.

Elle ne parviendra pas à ramener la sécurité dans les rues :

Les étrangers criminels ne seront toujours pas systématiquement expulsés comme le commande le bon sens ! Les flux d’entrée continueront d’être aussi importants. La régularisation des clandestins continuera, elle sera simplement moins rapide que le texte le prévoyait initialement. Pour en finir avec la délinquance des étrangers, il faut un vrai CHOC législatif. C’est simple : comme le peuple suisse l’a voté par référendum, tous les criminels et délinquants étrangers doivent être systématiquement condamnés à l’expulsion immédiate.

L’Institut pour la Justice a lancé une pétition sur le sujet. 68 000 personnes l’ont déjà signée. C’est peut-être votre cas (si vous n’êtes pas sûr, vous pouvez la signer à nouveau car votre signature ne serait pas comptabilisée si elle était en double). Pour aller plus loin contre la délinquance des étrangers, le soutien d’une partie encore plus large de la population est nécessaire.