Skip to main content

PARIS : Les États du Traité sur l’Antarctique s&rsq…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Les États du Traité sur l’Antarctique s’accordent sur les questions de tourisme mais sans adopter aucune mesure

La protection du manchot empereur reste en suspens pour la troisième année consécutive.

La 46e Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique (RCTA) s’est terminée aujourd’hui à Kochi, en Inde. Les organisations environnementales saluent les décisions de travailler ensemble sur le tourisme, tout en exprimant leur frustration face à la lenteur des actions pour lutter contre les menaces urgentes auxquelles sont confrontés les écosystèmes antarctiques. Elles font également part de leur amère déception face au nouvel échec de classification des manchots empereurs en tant qu’espèce spécialement protégée.

Le tourisme a constitué un sujet majeur de la réunion de 10 jours, et la Coalition pour l’Antarctique et l’Océan Austral (ASOC) se dit rassurée qu’après des années d’inertie, les Parties au Traité sur l’Antarctique aient démontré leur volonté de travailler ensemble pour réguler cette industrie en expansion. Comme premier pas positif, les Parties ont convenu d’une liste de priorités et se sont engagées à se rencontrer avant la prochaine RCTA pour avancer dans l’établissement du cadre réglementaire proposé pour le tourisme. Cependant, malgré la reconnaissance de la nécessité urgente de traiter la croissance et la diversification du tourisme, la réunion de Kochi a, dans les faits, reporté toute action concrète à une autre année.

« ASOC continue d’exhorter les Parties à développer – en priorité – un cadre global pour la régulation du tourisme qui soit à la fois global et évolutif. Nous répétons l’appel lancé avant la RCTA pour que les Parties adoptent des réglementations applicables afin de prévenir les impacts négatifs sur la biodiversité de l’Antarctique. Cela est essentiel pour protéger l’environnement antarctique face à l’augmentation des activités humaines », a déclaré Claire Christian, Directrice exécutive d’ASOC.

Un autre développement encourageant à Kochi a été la réponse positive aux préoccupations soulevées concernant l’élimination non réglementée des eaux grises dans la zone du Traité sur l’Antarctique. Malgré la toxicité de nombreux de ses composants, le rejet des eaux grises utilisées pour la toilette, la lessive, etc., dans l’océan reste en effet non réglementé à l’échelle internationale. ASOC a appelé la RCTA à imposer des exigences plus strictes aux navires et aux stations de recherche antarctiques, et souhaite continuer à travailler avec les Parties afin qu’elles prennent des mesures visant à réguler l’élimination des eaux grises dans l’océan Austral.

À la grande déception d’ASOC et de ses membres, la RCTA a une fois de plus échoué à classifier le manchot empereur comme espèce spécialement protégée. Malgré le déclin scientifiquement documenté de cette espèce bien-aimée, la réunion n’a pas pu parvenir à un consensus en raison d’une petite minorité de Parties.

« Les manchots empereurs sont de plus en plus vulnérables aux changements de l’étendue de la couverture de glace de mer saisonnière. Ils nécessitent une plateforme stable pour s’accoupler, incuber leurs œufs, élever leurs poussins et renouveler leurs plumes pendant la mue annuelle. Avec la diminution choquante de la glace de mer antarctique que nous observons actuellement, ces icônes sur glace pourraient bien être sur la pente glissante vers l’extinction d’ici la fin de ce siècle, si nous n’agissons pas maintenant », a déclaré Rod Downie, conseiller principal pour les régions polaires au WWF UK.

« ASOC est extrêmement préoccupée par le fait que la RCTA ne puisse pas s’accorder sur l’utilisation des outils de conservation disponibles, qui ont été approuvés par toutes les Parties, pour classifier le manchot empereur comme espèce spécialement protégée. De plus, la proposition était basée sur une analyse scientifique solide, que presque toutes les Parties ont explicitement soutenue. Nous ne comprenons pas les objections contre cette mesure », a déclaré Claire Christian.

Le sort du manchot empereur, comme celui de toute la faune antarctique, est directement lié au changement climatique. Il est donc profondément inquiétant que, bien que les discussions à Kochi aient fait progresser certains travaux climatiques, cette réunion ait révélé une absence générale de réponse au changement climatique de la part de la RCTA, malgré les efforts notables de certaines Parties.

« Une fois de plus, la RCTA n’a pas réussi à relever le défi existentiel du changement climatique. Maintenir intactes les calottes glaciaires de l’Antarctique en réduisant les émissions de combustibles fossiles est vital non seulement pour protéger la faune unique de la région, mais aussi pour éviter, ou du moins ralentir, les dommages irréversibles causés par la montée du niveau de la mer sur des millions de personnes vulnérables vivant à des milliers de kilomètres des pôles. Il est grand temps que les Parties au Traité sur l’Antarctique, dont font partie les plus grands émetteurs de carbone du monde, reconnaissent leur responsabilité de prendre des mesures qui à la hauteur de l’ampleur et l’urgence de la menace », a déclaré Pam Pearson, directrice de l’Initiative internationale pour le climat de la cryosphère (ICCI).

Un moment réussi et unificateur à Kochi a été un événement pour les jeunes organisé par ASOC et son partenaire Environmental Action Germany, avec le Centre national indien de recherche polaire et océanique (NCPOR), des partenaires locaux et avec le soutien de l’Agence allemande pour l’environnement et du ministère fédéral allemand de l’Environnement. « L’Antarctique riche en espèces » a invité les jeunes locaux à participer à un atelier auquel ont assisté des scientifiques antarctiques et des délégués de la réunion, suivi d’un événement à la RCTA, qui comprenait l’inauguration d’une œuvre d’art à laquelle ils ont contribué : une fresque en terre cuite représentant le réseau trophique antarctique. Après la RCTA, l’œuvre sera exposée en permanence au Centre national indien de recherche polaire et océanique à Goa.