Skip to main content

PARIS : Les énergies renouvelables augmenteront les capac…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Les énergies renouvelables augmenteront les capacités de production d’électricité décarbonée d’ici à 2030

Un collectif d’experts et de professionnels des énergies renouvelables met en avant, dans une tribune au Monde, l’engagement des citoyens et des territoires européens dans la production d’électricité photovoltaïque et éolienne.

En juin, nous élirons, pour cinq ans, le Parlement européen. L’horizon 2030 est celui de l’urgence climatique et de la nécessaire transition énergétique pour nous placer sur une trajectoire limitant l’augmentation des températures à moins de 2 degrés.

Au-delà de l’efficacité et de la sobriété énergétiques, premiers leviers de cette transition, la France et l’Europe doivent investir dans des moyens de production d’électricité décarbonés d’ici à 2030 pour parvenir à un mix totalement sans carbone d’ici dix ans, à même d’électrifier les secteurs des transports, du bâtiment et de l’industrie.

En 2023, l’électricité en Europe reposait sur 44 % d’énergies renouvelables, 33 % de combustibles fossiles (charbon, gaz et pétrole), 23 % de nucléaire. Selon RTE [Réseau de transport d’électricité], ces chiffres étaient respectivement de 29 %, 6 % et 65 % pour la France.

Contre la volatilité des prix

​L’urgence climatique, c’est maintenant ! D’ici à 2035, la production d’électricité nucléaire en Europe ne pourra augmenter de façon significative compte tenu des délais de construction de nouvelles centrales. Les énergies renouvelables sont donc les seules capables d’augmenter nos capacités de production d’électricité décarbonée d’ici là. Un projet de centrale solaire peut se réaliser en deux à trois ans, un parc éolien en trois à cinq ans. Les énergies renouvelables permettent, en outre, de lutter contre la volatilité des prix de l’énergie dans le contexte géopolitique particulièrement instable. Les investissements annuels dans les énergies renouvelables électriques dépassent désormais ceux réalisés dans toute autre forme d’énergie dans le monde, en Europe et en France. En 2023, d’après l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les ajouts de nouvelles capacités photovoltaïques et éoliennes ont augmenté de 50 % par rapport à 2022 et croissent exponentiellement. Photovoltaïque et éolien représentent plus de 12 % de la production d’électricité mondiale ; ils étaient inexistants au début des années 2000. Ce déploiement spectaculaire est dû au fait qu’elles sont désormais les plus compétitives pour la production d’électricité : beaucoup moins coûteuses que les énergies fossiles ou que le nouveau nucléaire. Les prix du photovoltaïque ont été divisés par un facteur supérieur à 10 en moins de dix ans. Ceux de l’éolien ont également très fortement baissé.
La variabilité n’est plus un obstacle
​Plusieurs scénarios réalisés par différentes institutions (RTE, EDF, ADEME…), montrent que la variabilité de l’éolien et du photovoltaïque n’est plus un obstacle à leur pénétration massive dans les mix électriques. Les échanges transfrontaliers d’électricité, le stockage de l’énergie (batteries, hydroélectricité, cogénération biomasse et bientôt l’hydrogène), ainsi que la gestion intelligente du réseau et de la demande, apportent la flexibilité nécessaire pour atteindre des taux d’énergies renouvelables dans le mix supérieurs à 70 % ou 80 %. En France et en Europe, les investissements dans les énergies renouvelables créent des emplois qui se multiplieront pour peu que les pouvoirs publics intègrent ces dynamiques industrielles dans leurs exercices de planification énergétique. La dépendance actuelle de l’Europe au marché des panneaux solaires asiatiques n’est pas une fatalité. La maîtrise de la fabrication des équipements est à notre portée si nous coordonnons nos efforts afin d’assurer notre souveraineté industrielle, comme le souligne l’AIE. Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire a affirmé le 5 avril la volonté du gouvernement de doter la France des capacités de production pour couvrir 40 % de la demande de panneaux solaires en France dès 2030. Actuellement, selon l’AIE, le choix de panneaux européens par rapport à des panneaux asiatiques augmente de 11 % le coût global d’une centrale au sol. Leur déploiement dans les territoires est un projet collectif et de mobilisation citoyenne autour d’un enjeu de société. On assiste à une remarquable croissance des projets solaires et éoliens portés par des collectifs de citoyens.
Les collectivités, des acteurs essentiels

En France, par exemple, 338 projets citoyens ont été labellisés par l’association Energie partagée, totalisant 700 MW de puissance installée et 100 millions d’euros d’investissement ; 825 collectivités territoriales sont membres de sociétés locales porteuses de ces projets. En investissant dans ces installations, les collectivités deviennent des acteurs essentiels de la transition énergétique. Cette réalité contraste avec le supposé déficit d’acceptabilité des énergies renouvelables.

Les énergies renouvelables et particulièrement l’énergie solaire bénéficient, en France comme dans le reste de l’Europe, d’une large adhésion. Fin 2023, plus de 400 000 foyers français étaient producteurs et autoconsommateurs d’énergie photovoltaïque ; 200 000 se sont équipés durant l’année 2023. Selon RTE, ce chiffre devrait atteindre 4 millions de foyers en 2030. Enedis indique que les raccordements photovoltaïques ont augmenté de 30 % entre 2022 et 2023. On voit que les énergies renouvelables sont de plus en plus une affaire de citoyens.

La France et l’Europe sont à l’heure d’un choix énergétique qui va bien au-delà de la technologie. Alors que l’on s’interroge sur la solidité de nos démocraties, l’engagement pour les énergies renouvelables est à même de fédérer les aspirations vers une société plus équitable et un avenir durable. Il serait irresponsable que ces enjeux ne s’inscrivent pas dans un débat citoyen, tant au niveau des priorités du Parlement européen qu’au niveau national. Notre vote en juin sera essentiel.

Le temps presse, chaque année compte pour limiter l’altération du climat avant qu’il ne soit trop tard. Les solutions sont là, disponibles, accessibles, compétitives et proches des citoyens. Votons le 9 juin pour une vision citoyenne de l’énergie faisant consensus à l’échelle européenne.

LISTE DES SIGNATAIRES :

Mohamed Amara, chargé de recherche CNRS
Jean-Louis Bal, président d’Agir pour le climat, ancien président du Syndicat des énergies renouvelables
Jean-Eric Bourée, ancien chercheur CNRS
Dominique Campana, administratrice de l’association Renaissance écologique
Patrick Gèze, coprésident d’Enercitif et administrateur d’Energie partagée
Angela Grassi, directrice ETA-Florence Energies renouvelables
Christian de Gromard, ancien référent énergie à l’Agence française de développement
Jean-François Guillemoles, directeur de recherche au CNRS, Institut photovoltaïque d’Ile-de-France (IPVF)
André Joffre, fondateur de Tecsol, du pôle de compétitivité Derbi et d’Enerplan
Françoise Jouet, administratrice d’Agir pour le climat
Jean Jouzel, paléontologue, directeur de recherche émérite au CEA et ancien vice-président du groupe scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
Jean-Paul Kleider, directeur de recherche au CNRS et directeur de FedPV
Daniel Lincot, directeur de recherche émérite au CNRS, membre de l’Académie des technologies et ancien directeur scientifique de l’IPVF
François Moisan, administrateur d’Agir pour le climat, ancien directeur scientifique de l’Agence de la transition écologique (Ademe)
Pere Roca i Cabarrocas, directeur de recherche au CNRS et directeur scientifique de l’IPVF

Tribune publiée dans Les Echos, à retrouver également ici.

SOURCE : La lettre du climat – Mai 2024.