Skip to main content

PARIS : L’énergie des agriculteurs au service de la trans…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
25 Fév 2024

Partager :

PARIS : L’énergie des agriculteurs au service de la transition écologique

Quand agriculteurs et riverains d’un territoire s’associent pour développer des projets d’ENR, les résultats ne se font pas attendre.

L’énergie partagée citoyenne, c’est ça ! Nous avons interrogé Marc Mossalgue, responsable communication d’Énergie Partagée et Alain Cholet, agriculteur dans le Maine et Loire, pour en savoir plus.

Énergie Partagée, c’est quoi ?

Énergie Partagée fédère et accompagne les acteurs de l’énergie citoyenne en France. ​​Cette dynamique existait déjà outre-Rhin et au Danemark lorsqu’elle est arrivée en 2010 en France. « Nous sommes passés de zéro à 350 projets en une dizaine d’années » explique Marc Mossalgue, responsable communication du mouvement. Par « projets », comprenez des installations photovoltaïques, mais aussi des parcs éoliens, des méthaniseurs, des chaufferies bois et un peu d’hydroélectrique, tout ça pour produire de l’électricité et de la chaleur renouvelables. « Le photovoltaïque l’emporte en nombre mais pas en production, car ce qui produit le plus, c’est l’éolien » précise Marc. Aujourd’hui, le mouvement Énergie Partagée compte 40 salariés qui accompagnent différents projets citoyens, même les plus complexes.

Nous encourageons le développement des énergies renouvelables de façon locale, avec les habitants, les collectivités territoriales et tous les acteurs d’un territoire. La transition énergétique doit s’effectuer partout en France et il est impératif que les citoyens s’impliquent, à la fois financièrement et dans la gouvernance.

Marc Mossalgue, Responsable communication d’Énergie Partagée

Comment ? En se constituant en groupements bien sûr ! Depuis sa création, Énergie Partagée a accompagné des projets portés par 828 collectivités et 30 538 actionnaires citoyens.

Les agriculteurs, moteur de la coopération citoyenne

Une part croissante des projets accompagnés par Énergie Partagée implique de près ou de loin des agriculteurs. « C’est quand on arrive sur des projets de grande envergure en milieu rural que les agriculteurs entrent en scène. Ils ont souvent des responsabilités locales et une réelle implication dans la trajectoire de leur territoire » indique Marc. Sur le terrain, ce sont de vrais accélérateurs de projets ! « Les agriculteurs n’ont pas froid aux yeux, ils savent manipuler des investissements lourds avec des sommes importantes et se projeter sur plusieurs années. Ils se connaissent entre eux et sont habitués à travailler ensemble. Quand ils font équipe avec les autres citoyens et les collectivités, les projets vont loin » précise Marc. Les agriculteurs sont là depuis longtemps et pour longtemps. C’est pourquoi ils ne s’engagent que sur des projets qui ont du sens pour eux et pour le territoire. « Ils apportent de la solidité et de la légitimité aux projets d’énergie renouvelable » estime Marc.

Quelles sont les ENR les plus plébiscitées ?

« Il n’y a pas de classement particulier » explique Marc. « Les citoyens choisissent en fonction de leur territoire, de leurs appétences et leurs ressources ». Ainsi, même si le photovoltaïque est la solution la plus facile à mettre en place, certains territoires vont se tourner vers l’éolien, plus lourd à développer. C’est le cas du Maine-et-Loire, où Alain Cholet a participé au déploiement d’un des 3 parcs éoliens citoyens lancés entre 2020 et 2021.

SOURCE : ADEME INFOS