Skip to main content

PARIS : « L’effondrement du Rana Plaza : Le Titanic…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
22 Avr 2024

Partager :

PARIS : « L’effondrement du Rana Plaza : Le Titanic de la mode », par Catherine DAURIAC

Le 24 avril 2013 restera gravé comme une date sombre dans l’histoire de la mode mondialisée, avec l’effondrement tragique du Rana Plaza à Savar, près de Dacca, au Bangladesh.

Ce désastre, qui a ôté la vie à plus de 1 100 personnes et laissé 2 500 autres blessées, n’est pas simplement un accident de parcours ; c’est le symptôme alarmant d’un système industriel globalisé qui, obsédé par la réduction des coûts, néglige trop souvent la valeur de la vie humaine.

Dans cet édifice, des milliers d’ouvriers s’affairaient dans des conditions précaires pour des marques. La tragédie a cruellement mis en lumière la fragilité des infrastructures qui les abritaient et l’insuffisance tragique des mesures de sécurité. Les alertes concernant l’état du bâtiment avaient été ignorées, révélant une négligence coupable et une méconnaissance désastreuse des risques bien réels.

L’effondrement du Rana Plaza a ébranlé le monde, provoquant une onde de choc et un sursaut d’indignation qui ont mené à des changements significatifs, tels que l’Accord sur la sécurité des bâtiments et des incendies au Bangladesh. Ces initiatives, bien qu’essentielles, ne sont que les premiers pas vers une réforme en profondeur de l’industrie textile, un secteur qui doit impérativement renouveler ses fondements.

Nous, acteurs et consommateurs de la mode, devons continuer de soutenir des initiatives qui assurent non seulement la sécurité mais aussi la dignité des travailleurs à l’échelle planétaire. La tragédie du Rana Plaza ne doit pas être perçue comme un simple fait divers mais comme un catalyseur de changement.

Le drame du Rana Plaza nous interpelle : il est temps de repenser radicalement nos modes de production et de consommation. Faisons de cette catastrophe le terreau d’une révolution de la mode, où le respect de la planète et du vivant prime sur l’avarice et l’exploitation. Réclamons une industrie qui, plutôt que de détruire, régénère et enrichit.___

La semaine de la FASHION REVOLUTION WEEK 2024, qui se tiendra du 15 au 24 avril, valorise une mode éthique et équitable au moyen de conférences, discussions et ateliers animés par des personnalités influentes et des organisations partenaires.

En France, dans des villes telles que Paris, Lyon, Marseille, Auch, Angers, Aucun, Bègles, Chemillé-en-Anjou, Clermont-Ferrand, Nantes, et Toulouse, les activités seront centrées sur le thème « Devenir un révolutionnaire de la mode ». Seize fresques du textile seront réalisées en collaboration avec Green Donut.

Cette initiative souligne l’urgence d’adopter des réglementations pour lutter contre la surproduction et la surconsommation. L’engagement de la France en faveur de législations telles que le devoir de vigilance et la loi anti-fast fashion illustre cet horizon de sens vers une mode plus responsable.

Fashion Revolution s’efforce d’éduquer et d’engager une nouvelle génération déterminée à ralentir la production, à promouvoir l’égalité des sexes, et à diriger le secteur vers une approche plus éthique et durable.

Je retrouve le programme complet sur le site :

fashionrevolutionfrance.org